1 min de lecture Affaire Bygmalion

Campagne 2012 de Sarkozy : l'enquête Bygmalion étendue à d'autres dépenses suspectes

Les juges d'instruction s'interrogent sur une dizaine de millions d'euros de dépenses qui ne figurent pas dans le compte de campagne.

Nicolas Sarkozy lors d'une réunion publique en 2015
Nicolas Sarkozy lors d'une réunion publique en 2015 Crédit : MATTHIEU ALEXANDRE / AFP
Marine Cluet et AFP

Les comptes de campagne de Nicolas Sarkozy n'en finissent plus d'alimenter les rubriques judiciaires. Après Bygmalionce sont désormais une dizaine d'autres millions d'euros qui sont au cœur des interrogations des juges d'instructions. Le week-end dernier, L'Obs révélait que ces derniers s'interrogeaient sur 13 millions d'euros de dépenses de l'UMP en 2012 et qui ne figuraient pas dans le compte de campagne. Autre interrogation, des factures manquantes, pour 1,5 à 1,8 million d'euros, de l'Agence Publics pour ses prestations lors d'un des grands meetings de la campagne, à Villepinte, le 11 mars 2012. 

Ce jeudi 5 novembre, une source judiciaire a confirmé auprès de l'AFP que le parquet de Paris avait pris un réquisitoire supplétif le 26 octobre dernier afin d'étendre l'enquête à d'autres dépenses suspectes que celles liées à Bygmalion. Ces sujets ont été abordés lors d'une confrontation chez les juges entre cinq mis en examen le 9 octobre

Treize mis en examen dans l'affaire Bygmalion

Les enquêteurs soupçonnent déjà qu'environ 18,5 millions d'euros de dépenses de meetings ont été illégalement imputées à l'UMP, via des fausses factures, par la filiale événementielle de la société de communication Bygmalion, Event&Cie, alors qu'elles devaient figurer dans les comptes de campagne. Cette fraude aurait eu pour but de masquer une explosion du budget, limité à 22,5 millions.

Fraude dont l'existence a été reconnue par des cadres de Bygmalion ainsi que par Jérôme Lavrilleux, à l'époque directeur adjoint de la campagne et bras droit du secrétaire général de l'UMP Jean-François Copé. Ce dernier, ainsi que douze autres personnes, ont été mis en examen pour faux, escroquerie, abus de confiance et financement illégal de campagne électorale.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Affaire Bygmalion Nicolas Sarkozy Justice
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants