1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Calais : Marine le Pen s'attribue la baisse du nombre de migrants
1 min de lecture

Calais : Marine le Pen s'attribue la baisse du nombre de migrants

La présidente du Front national accuse indirectement le gouvernement de se servir de ses idées sur l'immigration, à l'approche des élections régionales.

marine le pen
marine le pen
Camille Kaelblen
Camille Kaelblen

La présidente du Front national ne craint pas les raccourcis. Marine le Pen s'est attribuée indirectement la baisse récente du nombre de migrants dans la "jungle" de Calais. "Si l'État a vidé de 1.500 migrants le camp de Calais, c'est parce qu'il y a les élections qui arrivent et parce que je suis donnée en tête des sondages", a-t-elle déclaré, notant au passage que "si on envoie des centaines de CRS, c'est justement pour essayer d'étouffer ce qui se passe à Calais", à l'antenne de France Bleu Nord.

Le ministère de l'Intérieur affirmait, lundi 9 novembre, que la population du camp de migrants de Calais avait baissé de 1.500 personnes, passant de 6.000 à 4.500 selon la police aux frontières. Mais selon la préfecture du Pas-de-Calais, cette baisse serait due au départ volontaire de près de 1.000 personnes vers des centres d'accueil partout en France, les autres ayant été placés dans des centres de rétention administratifs. L'opération est d'ailleurs revendiquée par le gouvernement lui-même, qui préfère parler d'une prise en charge que d'un éloignement des migrants. Un habile coup de poker pour Marine le Pen, qui critique ainsi les mesures du gouvernement tout en se présentant comme leur cible indirecte.

Marine le Pen a également fustigé les associations qui viennent en aide aux migrantscomme les "No Borders", qu'elle accuse d'être "pro immigration". Employant à nouveau l'une des expressions favorites de la droite dure à propos de l'immigration, l'effet "d'appel d'air", la présidente du Front national a illustré l'idée : "Lorsqu’on laisse un migrant planter une tente, quelques mois plus tard, il y en a 100, puis 1.000, puis 10.000. La seule solution, c’est la tolérance zéro", a-t-elle affirmé. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/