1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Calais : Emmanuelle Cosse déterminée à vider ce "camp indigne"
2 min de lecture

Calais : Emmanuelle Cosse déterminée à vider ce "camp indigne"

REPLAY - INVITÉE RTL - Emmanuelle Cosse commente l'opération de démantèlement du bidonville de Calais dans lequel 8.000 migrants doivent être mis à l'abri.

Emmanuelle Cosse, invitée de RTL le 24 octobre 2016
Emmanuelle Cosse, invitée de RTL le 24 octobre 2016
Crédit : Maxime Carignano / RTL
Calais : Emmanuelle Cosse déterminée à vider ce "camp indigne"
03:53
Emmanuelle Cosse, invitée de RTL le 24 octobre 2016
12:43
Emmanuelle Cosse : "l'objectif est que les migrants partent de ce camp indigne. Beaucoup le disent que c'est un enfer d'y vivre"
00:19
Primaire EELV : l'élimination de Duflot "importe peu" à Cosse
02:22
Calais : Emmanuelle Cosse déterminée à vider ce "camp indigne"
12:46
Julien Absalon
Julien Absalon

Annoncé depuis longue date, le démantèlement total de la "Jungle" de Calais a débuté. Vers six heures du matin, lundi 24 octobre, entre 6.000 et 8.000 migrants ont été appelés à rejoindre les dizaines de cars affrétés par l'État pour les transporter dans des centres d'accueil et d'orientation (CAO) situés partout en France.

Deux heures après le début des grandes manœuvres, Emmanuelle Cosse, ministre du Logement, en première ligne sur ce dossier avec son homologue de l'Intérieur Bernard Cazeneuve, défend l'opération. "L'objectif est qu'ils partent de ce camp indigneBeaucoup le disent que c'est un enfer d'y vivre. Les conditions de vie sont absolument atroces. Dans ces CAO, un examen plus poussé sera fait de leur situation administrative, et notamment qu'on va regarder s'ils ont déjà été inscrits dans un autre pays sur l'asile", explique-t-elle au micro de RTL.

Concernant les migrants qui pourraient refuser de quitter le camp, la ministre se montre très ferme. "Il y aura sûrement des arrestations. Pour l'instant, nous travaillons avec des associations, des équipes sur place, pour tout faire pour les convaincre".

Une attaque contre Wauquiez

Quant aux migrants qui sont le coup d'un avis d'expulsion, ils vont tout de même pouvoir bénéficier de l'aide offerte par le gouvernement qui, par la voix du ministre de l'Intérieur, fait de cette opération un enjeu avant tout "humanitaire". "Il ne faut pas opposer la question du statut administratif de ces personnes et la politique de mise à l'abri", explique Emmanuelle Cosse.

À lire aussi

Pour accueillir les migrants, Emmanuelle Cosse précise que 9.000 places ont été trouvées, ce qui est supérieur aux besoins réels mais correspond au plan initial voulu par le gouvernement. Car malgré les protestations d'un certain nombre d'élus, à l'instar de Laurent Wauquiez (président LR de la région Auvergne-Rhône-Alpes), la ministre assure ne pas avoir renoncé à des places sous la pression politique. "Des élus qui pensent qu'ils sont en capacité d'appeler à la fronde contre la République, je pense à Laurent Wauquiez mais aussi à Christian Estrosi et bien d'autres, je crois que c'est à eux de poser la question de la responsabilité. En France, il y a une majorité d'élus responsables, un gouvernement responsable, et eux qui sont dans la polémique".

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/