1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Bruno Le Roux : "Il faut arrêter ce sport national de mise en cause des policiers"
2 min de lecture

Bruno Le Roux : "Il faut arrêter ce sport national de mise en cause des policiers"

REPLAY - LE GRAND JURY - Médecins sans frontières a appelé les autorités à faire cesser "les violences policières" contre les migrants.

Bruno Le Roux dans "Le Grand Jury" sur RTL, le 8 janvier 2017
Bruno Le Roux dans "Le Grand Jury" sur RTL, le 8 janvier 2017
Crédit : RTL / Frédéric Bukajlo / SIPA PRESS
Bruno Le Roux : "Il faut arrêter ce sport national de mise en cause des policiers"
52:13
Bruno Le Roux : "Il faut arrêter ce sport national de mise en cause des policiers"
52:21
Ludovic Galtier
Ludovic Galtier

"Les policiers harcèlent les migrants en leur confisquant leurs couvertures, utilisant parfois des gaz lacrymogènes pour les disperser, allant jusqu'à leur interdire de s'asseoir dans la file d'attente du centre humanitaire de La Chapelle (Paris, ndlr) où ils attendent une place d'hébergement". Dans un communiqué publié le 7 janvier, Médecins sans frontières a lancé un appel aux autorités afin de faire cesser "le harcèlement et les violences policières" contre les migrants, des "pratiques inacceptables" qui "mettent en danger" leur vie.

Invité du Grand Jury RTL-Le Figaro-LCI ce dimanche 8 janvier, Bruno Le Roux a rétorqué qu'il "faut arrêter ce sport national de mise en cause des policiers, il faut arrêter. Non, ils n'ont pas d'instruction autre que la mise à l'abri aujourd'hui de toutes les personnes qui sont vulnérables, et ils le font avec une conscience du rôle qu'ils jouent, de l'uniforme qu'ils portent." Qu'ils soient migrants ou non ? "Ce n'est pas aux policiers de faire la différence entre leurs statuts."

Malgré la polémique, le ministre de l'Intérieur, qui réclame de "l'humanité" de la part des policiers, a répété son soutien aux forces de l'ordre. "Je ne partage absolument pas cette vision (de MSF, ndlr). Quelque fois, il peut y avoir une forme de contrainte à mettre à l'abri quelqu'un, quand il est exposé au froid."

Bruno Le Roux au commissariat de Bobigny

Trois policiers ont été roués de coups après avoir tenté de procéder le 6 janvier à des contrôles d'identité dans un hall d'immeuble à Bobigny, où 10 jeunes de 16 à 21 ans ont été interpellés. "Il y a eu un premier contrôle d'identité avec appel de renfort en bas d'une cité. Quand il y a eu présomption qu'il y avait un trafic de stupéfiant, les policiers ont voulu rentrer dans l'immeuble. Et à ce moment-là, le comportement des jeunes a totalement changé", a raconté Bruno Le Roux, qui s'est rendu au commissariat de Bobigny.

Une policière a été gravement blessée au niveau de l’œil. Dix jours d'incapacité totale de travail (ITT) lui ont été prescrits, dans l'attente d'examens complémentaires. Les deux autres fonctionnaires, blessés à la jambe et au visage, ont eu 15 et 10 jours d'ITT.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/