2 min de lecture François Fillon

Bruno Le Maire quitte ses fonctions auprès de François Fillon

Son entourage a annoncé sa démission juste après la conférence de presse de François Fillon, où il affirmait qu'il serait candidat "jusqu'au bout".

Bruno Le Maire et François Fillon, en septembre 2011.
Bruno Le Maire et François Fillon, en septembre 2011. Crédit : JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP
Ludovic Galtier
Ludovic Galtier
et Léa Stassinet

C'en est trop pour Bruno Le Maire. À peine quelques minutes après la conférence de presse donnée par son candidat François Fillon ce mercredi 1er mars, le député de l'Eure a annoncé qu'il démissionnait de ses fonctions auprès de son ancien adversaire de la primaire de la droite.

Celui qui officiait en tant que représentant pour les affaires européennes et internationales de la campagne de François Fillon n'a pas supporté que son candidat affirme son intention d'être candidat envers et contre tout, alors qu'il avait dit le contraire au début de ses ennuis judiciaires. Bruno Le Maire s'explique dans un communiqué publié sur Twitter : "François Fillon a annoncé ce matin qu'il allait être convoqué le 15 mars par les juges d'instruction afin d'être mis en examen. Le 26 janvier dernier, François Fillon déclarait devant les Français que dans ce cas de figure, il retirerait sa candidature à la présidence de la République française. Je crois au respect de la parole donnée". 

Pour l'ancien ministre de l'Agriculture, cette parole donnée "est indispensable à la crédibilité politique, et elle est la condition nécessaire pour mener sereinement les efforts de redressement de la France". À la fin de son message, Bruno Le Maire affirme qu'il poursuivra "le combat politique au service de la France et des Français". Celui qui avait été le premier à rallier François Fillon au soir du premier tour de la primaire de la droite avait souhaité au début du mois de février que cette campagne présidentielle ne "devienne pas une campagne judiciaire".

Le Maire a-t-il ouvert la boîte de Pandore ?

Bruno Le Maire a-t-il ouvert une boîte de Pandore ? Il n'est pas le seul à avoir pris la poudre d'escampette mercredi 1er mars. Il a amené avec lui plusieurs de ses compagnons de route de la primaire de la droite, au soir de laquelle il a réalisé 2,4% des voix. "J'approuve totalement la position courageuse et digne de Bruno Le Maire pour le respect de la parole donnée en politique", a par exemple déclaré le député Yves Jégo. Le parlementaire UDI a été imité dans sa démarche par Arnaud Robinet, député-maire de Reims, Franck Riester, député de la Seine-et-Marne, la députée Les Républicains d'Eure-et-Loir Laure de La Raudière et Alain Chrétien, député-maire de Vesoul.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
François Fillon Bruno Le Maire Présidentielle 2017
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants