2 min de lecture Politique

Statut de Brigitte Macron : pourquoi il y a finalement peu de changements

ÉCLAIRAGE - L'Élysée a dévoilé lundi 21 août la charte destinée à "codifier" le rôle du conjoint du Président de la République.

Brigitte Macron lors du défilé du 14 juillet 2017, à Paris
Brigitte Macron lors du défilé du 14 juillet 2017, à Paris Crédit : ALAIN JOCARD / AFP
Marie Zafimehy
Marie Zafimehy

C'était un texte particulièrement attendu. Lundi 21 août, l'Élysée a publié "la charte relative au statut du conjoint du chef de l'État". Bien qu'il ait déchaîné les passions, entraînant la contestation des élus de l'opposition ou encore la signature d'une pétition par plus de 300.000 personnes, ce texte ne dote finalement pas Brigitte Macron d'un statut officiel de première dame. Il aurait fallu pour cela réformer la Constitution.

Selon cette charte, Brigitte Macron garde principalement un rôle de représentation aux côtés de son mari lors des "sommets ou réunions internationales". "Madame Brigitte Macron accompagne son époux", précise le texte. À l'Élysée, elle reste chargée du rôle traditionnel de supervision de la "tenue des manifestations et réceptions officielles au sein du palais de l'Élysée". "On est dans du rôle assez classique", estimait lundi Bruno Cautrès, chercheur au Cevipof au micro de RTL.

"Aucun budget propre"

Un statut officiel de première dame aurait probablement nécessité la mise à disposition d'un budget spécifiquement alloué à Brigitte Macron et une modification de la législation. Or cette charte précise que l'épouse de l'État "ne bénéficie d'aucune rémunération", "ne dispose pas de frais de représentation", ni de "budget propre" et ne vaut que pour l'actuelle première dame. Les moyens attribués à Brigitte Macron ne sont pas autonomes mais figurent dans le budget de la présidence.

Seul changement majeur : les dépenses relatives aux activités de la première dame - estimées entre 5 et 7 millions d'euros brut par an - seront soumises au contrôle de la Cour des comptes. Il s'agit de faire acte de transparence sans assigner de moyens propres à Brigitte Macron.

Un engagement caritatif classique

À lire aussi
États-Unis
Joe Biden : "Les États-Unis sont chers à mon cœur", confie Brigitte Macron

La charte décrit noir sur blanc les activités auxquelles Brigitte Macron est susceptible de se consacrer, comme "les domaines du handicap, de l’éducation, de la santé, de la culture, de la protection de l’enfance ou encore de l’égalité homme-femme". Un engagement caritatif caractéristique des premières dames de la Vème République. 

Bernadette Chirac était représentante des Pièces Jaunes, Carla Bruni avait créé sa propre fondation, Cécilia Sarkozy s'était rendue en Bulgarie pour la libération des infirmières prisonnières... Le rôle public défini pour Brigitte Macron s'inscrit donc dans la lignée de ses prédécesseurs. Intéressée principalement par les questions d'éducation, c'est elle qui avait accueilli la chanteuse Rihanna venue parler des programmes de développement relatifs à l'enseignement.
Le flou persiste sur un point. Le président de la République se réserve le droit de "charger son épouse de missions particulières de réflexions et de propositions" en lien avec les domaines caritatifs décrits. Un rôle de conseillère qui sera détaillé sur le site internet de l'Élysée, précise la charte.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Politique Transparence Élysée
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants