2 min de lecture Brexit

Brexit : les scénarios imaginés par Emmanuel Macron en cas de sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne

INVITÉ RTL - Les Britanniques voteront pour ou contre le maintien du Royaume-Uni dans l'Union européenne le 23 juin prochain.

Calvi-245x300 6 minutes pour trancher Yves Calvi
>
Allocations chômage : "Ce n'est pas aux chômeurs de subir" l'échec des négociations, estime Emmanuel Macron Crédit Image : Camille Kaelblen / RTL.fr | Crédit Média : RTL.fr | Date :
La page de l'émission
Ludovic Galtier
Ludovic Galtier
Journaliste RTL

Brexit or not Brexit ? Le verdict est imminent. Les Britanniques, appelés aux urnes le 23 juin, décideront de l'avenir des relations entre le Royaume-Uni et l'Union européenne. Déjà sous tension tant les résultats s'annoncent serrés, le contexte est plus lourd encore après le meurtre le 16 juin de la députée britannique et pro-européenne Jo Cox. La campagne est d'ailleurs suspendue le temps du recueillement.

Sur le fond, Emmanuel Macron, qui plaide pour "un débat citoyen" sur cette question en France, explique au micro de RTL quelles seraient les conséquences d'une sortie du Royaume-Uni. "Si les Britanniques décident de rester dans l'Union européenne, il y a une réaction rapide à avoir pour éviter que d'autres pays, comme le Danemark, les Pays-Bas, la Pologne, n'engagent le même type de procédure. Si les Britanniques décidaient de sortir, un processus sur lequel on a peu de visibilité commencera alors. Ça peut durer deux ans. Nous demanderons beaucoup de clarté au gouvernement britannique le jour d'après."

Le Royaume-Uni bientôt traité comme la Suisse, la Norvège ou le Canada ?

Le ministre de l'Économie imagine plusieurs scénarios. "Le gouvernement britannique peut dire : "Je repose la question". La France l'a fait (en 2005 après le référendum sur la Constitution européenne, le "non" l'avait emporté, ndlr). Ensuite, vous pouvez avoir une situation où les Britanniques disent : "Nous, nous voulons sortir de l'Union européenne mais nous voulons continuer avoir accès au marché unique." Ce type de relations existe avec la Norvège et la Suisse, qui "contribuent au budget de l'Union européenne. Si le Royaume-Uni contribue, il faut voir à quel montant."

Emmanuel Macron explique enfin que "si les Britanniques ne veulent plus contribuer et souhaitent juste un traité commercial, à ce moment, il faudra formaliser une relation comme celle que l'on a avec le Canada. Il faudra alors revoir le budget de l'Union européenne."

Les Banques centrales britannique et européenne sur la même ligne

À lire aussi
Boris Johnson au parlement, le 25 septembre 2019 Royaume-Uni
Brexit : Boris Johnson s'excuse de ne pas l'avoir réalisé comme promis

En cas de sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne, les échanges commerciaux entre le Royaume-Uni et la France vont-ils être impactés ? "Ça dépend de la politique de change que nous aurons l'un avec l'autre. La Banque centrale britannique a déjà dit qu'elle se coordonnerait avec la Banque centrale européenne pour éviter des relations de change qui pénalise nos commerces."

"Des écarts de change" pourraient se créer

S'il y a Brexit, "il n'y aura plus de passeport pour les services financiers", assure Emmanuel Macron, qui voit cette conséquence d'un bon œil. "Cela peut avoir une conséquence positive pour notre économie." Sur les marchés, enfin, le ministre imagine qu'"il peut y avoir des écarts de change qui se créent. Il y a une dépréciation de l'euro, c'est bon à court terme pour le commerce international mais il faudra être vigilant. Je ne crois pas pour ma part à une remontée des taux d’intérêt à ce sujet."

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Brexit Emmanuel Macron Union européenne
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants