1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Brexit : François Hollande accepte finalement de laisser du temps à Theresa May
1 min de lecture

Brexit : François Hollande accepte finalement de laisser du temps à Theresa May

Le ton ferme ayant précédé l'entrevue s'est quelque peu adouci à l'issue de la rencontre du Président avec la première ministre britannique.

François Hollande a reçu Theresa May à l'Élysée le 21 juillet 2016
François Hollande a reçu Theresa May à l'Élysée le 21 juillet 2016
Crédit : STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
Paul Véronique

François Hollande semble avoir revu sa copie concernant la question du départ du Royaume-Uni de l'Union européenne. Ce jeudi 21 juillet, il s'est dit prêt à laisser du temps à la Première ministre britannique Theresa May pour préparer les négociations de sortie. Pourtant, il était apparu assez ferme ces derniers jours. Se distinguant notamment d'Angela Merkel, plus consensuelle sur le sujet. Plus tôt dans la journée, il avait déclaré à Dublin : "Je viens en Irlande après le Brexit et il y a des réponses à donner. Il faut engager au plus vite la négociation". "Je reçois ce soir Theresa May et c'est ce que je lui dirai", avait ajouté le président dans un tweet. La veille, mercredi 20 juillet, Theresa May avait rencontré la Chancelière allemande Angela Merkel. Celle-ci avait déclaré qu'il était "dans l’intérêt de tous que la Grande-Bretagne demande cette sortie quand elle aura une position bien définie".

Le Président français et la Première ministre britannique se sont exprimés devant la presse ce jeudi soir aux alentours de 19 heures 30. Après quelques amabilités François Hollande a expliqué que le Royaume-Uni devra choisir entre le marché unique et la libre circulation : "Il ne peut y avoir libre circulation des biens, des capitaux des services, s'il n'y a pas celle des personnes." Ensuite, il a tenu à rappeler que le Brexit était la "responsabilité" du Royaume-Uni, ajoutant, "il peut y avoir la préparation de cette négociation, mais je le répète, le plus tôt sera le mieux." En vertu de l'article 50 des traités européens, les Britanniques restent les seuls à décider quand ils formuleront leur demande de départ. Les discussions avec les partenaires européens devraient s'étaler sur deux ans, ce qui laisse présager une sortie effective aux alentours de 2019.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/