1 min de lecture Front national

Béziers : le Conseil municipal valide la "garde biterroise" de Robert Ménard

Le maire de Béziers souhaite mettre en place une troupe d'anciens policiers et gendarmes pour épauler les forces de l'ordre.

Robert Ménard lors d'un meeting de campagne à Nîmes le 2 décembre.
Robert Ménard lors d'un meeting de campagne à Nîmes le 2 décembre.
Geoffroy Lang
Geoffroy Lang

Le Conseil municipal de Béziers a validé en délibérations le projet de son maire, Robert Ménard, pour la création d'une "garde biterroise". L'élu du Rassemblement Bleu Marine souhaite mettre en place une formation composée d'ancien policiers, gendarmes ou encore sapeurs-pompiers pour maintenir l'ordre dans la commune de l'Hérault. Les élus du conseil municipale viennent d’entériner ce projet, en le validant à 35 voix contre 13.

"Les personnes appelées à servir dans la garde biterroise sont des citoyens volontaires, dont l'expérience et la qualification les amènent à apporter leur aide à la collectivité dans un contexte marqué par l'état d'urgence", mentionne le texte présenté au conseil municipale. Le maire de Béziers prévient d'emblée que sa "garde biterroise" ne doit pas se substituer à la police mais simplement "alerter les forces de l'ordre en cas de troubles à l'ordre public et/ou de comportements délictueux".

La préfecture de l'Hérault met son véto

La volonté du maire de Béziers de se doter de cette troupe citoyenne pour épauler la police se heurte à l'hostilité de la préfecture. Dans un courrier daté du 2 décembre, le préfet de l'Hérault, Pierre Bousquet, rappelle à Robert Ménard que "toute modification des conditions d'exercice de la police municipale doit faire l'objet d'une concertation préalable avec le représentant de l'État", selon la convention de coordination des interventions de la police municipale de Béziers et des forces de sécurité de l'État.

"Cette initiative ne recueille pas mon accord et je vous demande d'y renoncer", conclut le préfet dans sa lettre de semonce. Si la mairie a déjà annoncé le recrutement de 80 volontaires pour constituer sa "garde biterroise", la préfecture pourrait saisir le tribunal administratif pour invalider la décision du Conseil municipal.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Front national Robert Ménard Police
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants