1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. "Bernard Cazeneuve, la force tranquille de François Hollande", décrypte Alba Ventura
2 min de lecture

"Bernard Cazeneuve, la force tranquille de François Hollande", décrypte Alba Ventura

ÉDITO - Le ministre de l'Intérieur, qui succède à Manuel Valls à Matignon, est un homme sur lequel peut compter le chef de l'État pour les cinq prochains mois.

Bernard Cazeneuve, un pince-sans-rire aux convictions bien ancrées
Bernard Cazeneuve, un pince-sans-rire aux convictions bien ancrées
Crédit : SIPA
Alba Ventura : "Bernard Cazeneuve, la force tranquille de François Hollande"
02:36
"Bernard Cazeneuve, la force tranquille de François Hollande", décrypte Alba Ventura
02:38
Alba Ventura & Loïc Farge

Bernard Cazeneuve a pris ses quartiers à Matignon, mardi 6 décembre. Il a quitté la place Beauvau et l'Intérieur. C'est lui que François Hollande a choisi pour succéder à Manuel VallsBernard Cazeneuve, c'est la force tranquille. Lorsqu'il vous reste cinq mois, vous avez envie d'avoir à vos côtés quelqu'un de solide, de besogneux et qui n'a pas d'états d'âme.

Bernard Cazeneuve, c'est un fidèle, même s'il n'a pas toujours été un proche de François Hollande. Il a été un "fabiusien" par le passé. Presqu'un "vallsiste" ces derniers temps. Même s'il a toujours veillé à ne pas se laisser embrigader. C'est un homme sur lequel François Hollande peut compter. Il n'y aura pas de coup de Trafalgar avec lui. C'est un homme sur lequel François Hollande pourra se reposer. C'est ce qu'on appelle un homme de confiance.

Des convictions bien ancrées

Bernard Cazeneuve a traversé toutes les épreuves terroristes à l'Intérieur. Il a été associé aux décisions les plus stratégiques au moment des attentats (souvenez-vous du trio Hollande-Valls-Cazeneuve). Il a assumé l'état d'urgence. Tout cela lui a donné une expérience hors du commun. Cela a fait de lui une pièce maîtresse. On peut parier d'ailleurs qu'il gardera un œil sur la place Beauvau. Ce qui est aussi rassurant pour François Hollande pour les cinq mois qui restent.

C'est quelqu'un qui a toujours assumé sa mission avec discrétion, mais aussi avec des convictions bien ancrées, ce qui s'est parfois retourné contre lui. Les écologistes s'en souviennent, notamment au moment de l'affaire du barrage de Sivens et de la mort de Rémi Fraisse. C'est son côté "droit dans ses bottes". Rigide parfois, comme lorsqu'il est pris dans la polémique sur le méga-fichier de données personnelles, ou comme dans le conflit qui l'a opposé aux policiers. Des policiers qui n'ont toujours pas digéré que le ministre qualifie de "sauvageons", ici même sur RTL début octobre, les criminels qui avaient attaqué une patrouille à Viry-Châtillon, dans l'Essonne.

Un flegme tout britannique

À lire aussi

On voit bien ce qu'on a perdu place Beauvau. Mais en cinq mois à Matignon, il ne peut pas faire grand chose. François Hollande lui a demandé de protéger et de préparer l'avenir. "Protéger", on peut comprendre. "Préparer l'avenir", il n'en aura pas le temps. Il est là pour accompagner François Hollande jusqu'à ce que la porte se referme derrière le Président, en juin prochain. Sachant que Bernard Cazeneuve refermera aussi la porte derrière lui, il a l'intention de reprendre son métier d'avocat.

On dit de Bernard Cazeneuve que c'est un homme qui a beaucoup d'humour. Cela peut paraître anecdotique, mais ça fait partie du personnage. C'est homme au flegme tout britannique qui pratique l'humour anglais. C'est un pince-sans-rire, champion de l'auto-dérision. "J'ai un seul point commun avec Nicolas Sarkozy, a-t-il dit un jour. C'est que je peux lui parler les yeux dans les yeux : je mesure 1,67 mètre sans talonnettes". L'humour, sans doute sa manière de faire baisser la pression.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/