2 min de lecture Bernadette Chirac

Bernadette Chirac : la Corrèze, un fief politique à défendre pour l'ex-Première dame

DÉCRYPTAGE - L'ancienne Première dame s'active en coulisses pour empêcher la disparition de son canton. Elle ne compte pas abandonner son influence locale, acquise depuis un quart de siècle.

Bernadette Chirac au volant de sa voiture en mars 2004 en Corrèze, lors de la campagne pour les élections cantonales.
Bernadette Chirac au volant de sa voiture en mars 2004 en Corrèze, lors de la campagne pour les élections cantonales. Crédit : Patrick Kovarik - AFP
Mathieu Dehlinger Journaliste RTL

Depuis 24 ans, elle n'a pas manqué une seule élection. Alors Bernadette Chirac compte bien se battre pour conserver son canton de Corrèze, menacé par le redécoupage électoral. L'ex-Première dame multiplie les rendez-vous, jusqu'au plus haut sommet de l’État, pour empêcher la disparition du fief.

Dans les pas de Jacques Chirac

Bernadette Chirac dépose un bulletin de vote à la mairie de Sarran, le 14 novembre 1976.
Bernadette Chirac dépose un bulletin de vote à la mairie de Sarran, le 14 novembre 1976. Crédit : AFP

La Corrézienne d'adoption y a suivi son mari, dont le berceau familial se situe dans le département. Jacques Chirac fait ses premières armes politiques en 1965 dans la petit commune de Sainte-Féréole, où il est élu conseiller municipal, avant d'arracher la victoire dans la circonscription d'Ussel deux ans plus tard. Il rejoint alors les bancs de l'Assemblée nationale.

Son épouse lui emboîte le pas en 1971, en s'installant dans les rangs du conseil municipal deSarran, là où se trouve le Château de Bity, demeure achetée par le couple Chirac. Depuis, elle n'a pas quitté la commune, devenu son fief et l'emplacement du musée des deux mandats présidentiels de Jacques Chirac.

Son rond de serviette au Conseil général

Bernadette Chirac, candidate à l'élection cantonale de Corrèze, reçoit le photographe de l'AFP à Sarran en 1979, aux côtés de son mari.
Bernadette Chirac, candidate à l'élection cantonale de Corrèze, reçoit le photographe de l'AFP à Sarran en 1979, aux côtés de son mari. Crédit : AFP
À lire aussi
Brigitte Macron est l'invitée exceptionnelle de RTL Soir jeudi 20 juin Pièces Jaunes
Brigitte Macron sur RTL : "J'espère être digne de la confiance" de Bernadette Chirac

Mais Bernadette Chirac s'est surtout imposée en tant que conseillère générale du département, un mandat qu'elle a remporté pour la première fois lors des cantonales de 1979. De cette fonction, elle assure tirer son lien avec les Français : "Quand mon mari était président de la République, mon mandat me permettait de mieux connaître les vrais problèmes des Français", expliquait-elle au Figaro.

Et depuis un quart de siècle, elle "arpente, avec son brushing impeccable, chaque kilomètre de son canton", raconte Atlantico. Lors du dernier scrutin, en 2011, elle avait même ressorti sa botte secrète, précise le site : "Sa fidèle Peugeot 205", "au volant de laquelle elle sillonne, depuis 1984, toutes les routes sinueuses de son microfief corrézien".

Un outil de campagne, qu'elle sait aussi troquer pour un véhicule avec chauffeur lors de ses trajets Paris-Sarran. Des allers-retours qui apportent leur lot d'anecdotes, comme en 2012, lorsque la voiture a été percutée par un chevreuil sur l'autoroute. Plus de peur que de mal : Bernadette Chirac n'avait pas été blessée lors de l'accident.

De petites colères mémorables

Bernadette Chirac en visite en mars 2011 en Corrèze, lors de sa campagne pour les élections cantonales.
Bernadette Chirac en visite en mars 2011 en Corrèze, lors de sa campagne pour les élections cantonales. Crédit : Jean-Pierre Muller - AFP

La disparition évoquée de son canton n'est pas le premier événement à provoquer un coup de sang de sa part. Car le mythe Chirac en Corrèze, c'est aussi une influence, dont l'ancienne Première dame use quand il s'agit de défendre son pré carré et ses électeurs. Des caméras ont ainsi filmé en 1998 une scène savoureuse : Bernadette Chirac sermonnant un employé de La Poste qui envisageait la fermeture du bureau de Sarran.

Sacrilège : "Moi je vous indique clairement que je suis pour le maintien", rétorque sèchement l'élue dans une réunion. "Vous pouvez peut-être leur expliquer que Jacques Chirac est président, que Sarran est sa commune." Face à elle, le représentant dépêché sur place ne peut que se faire tout petit et attendre que l'orage passe.

La colère a porté ses fruits, note France 3 Limousin. La Poste est toujours bien présente à Sarran : Bernadette Chirac a réussi son pari et confirmé, au passage, ses capacités à imposer ses vues à l'échelle locale.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Bernadette Chirac Corrèze Info
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7768064735
Bernadette Chirac : la Corrèze, un fief politique à défendre pour l'ex-Première dame
Bernadette Chirac : la Corrèze, un fief politique à défendre pour l'ex-Première dame
DÉCRYPTAGE - L'ancienne Première dame s'active en coulisses pour empêcher la disparition de son canton. Elle ne compte pas abandonner son influence locale, acquise depuis un quart de siècle.
https://www.rtl.fr/actu/politique/bernadette-chirac-la-correze-un-fief-politique-a-defendre-pour-l-ex-premiere-dame-7768064735
2013-12-19 13:05:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/J0ufJy5GoZjGoHOnrp_edg/330v220-2/online/image/2013/1219/7768065291_bernadette-chirac-au-volant-de-sa-voiture-en-mars-2004-en-correze-lors-de-la-campagne-pour-les-elections-cantonales.jpg