1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Berlin : "Il ne faut pas arrêter les festivités de Noël", dit Didier Guillaume
1 min de lecture

Berlin : "Il ne faut pas arrêter les festivités de Noël", dit Didier Guillaume

INVITÉ RTL - Le directeur de la campagne de Manuel Valls se sent berlinois, après l'attaque qui a touché la capitale allemande et fait au moins douze morts.

Didier Guillaume, invité de RTL, mardi 20 décembre
Didier Guillaume, invité de RTL, mardi 20 décembre
Crédit : Essia Lakhoua / RTL
Didier Guillaume, invité de RTL, mardi 20 décembre
11:40
"Le 49.3 est une arme institutionnelle" estime Didier Guillaume
00:30
"Ce matin, nous sommes tous des Berlinois et des Allemands" dit Didier Guillaume
00:56
Berlin : "Il ne faut pas arrêter les festivités de Noël", dit Didier Guillaume
11:51
Marie-Pierre Haddad

"Ce matin, nous sommes tous des Berlinois et des Allemands". Didier Guillaume apporte son soutien au peuple allemand, victime d'un probable attentat dans un marché de Noël à Berlin. Un camion a foncé sur la foule, lundi 19 décembre peu après 20 heures et a fait au moins douze morts et 48 blessés. À l'antenne de RTL, le directeur de campagne de Manuel Valls rappelle qu"'il n'y a pas de répit. Nous devons avoir une solidarité". 

Cette attaque fait horriblement écho à l'acte terroriste qui a frappé Nice, le 14 juillet dernier. "Ce matin, nous sommes le 15 juillet (...) Daesh, si cela est confirmé, frappe partout, d'où l'intérêt de la communauté internationale de se resserrer et d'avoir une vision claire pour lutter contre l'État islamique et régler le problème de la Syrie. Si la France avait été un peu plus écoutée depuis 2013, nous aurions peut-être pu avoir des réponses. Il faut se dire 'attention, ça continue", explique Didier Guillaume. 

D'après lui, la réponse au terrorisme doit être "une réponse de fermeté". "Il faut garder son sang-froid. Les Françaises et les Français ont été très forts (...) Le gouvernement fait son travail. Il ne faut pas céder à la panique. Lorsque la France se repli sur elle-même, ce n'est plus la France. Le risque zéro n'existe pas, mais il ne faut pas arrêter les festivités de Noël et surtout les marchés de Noël". 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/