7 min de lecture Vidéo

Benoît Hamon : "L'impôt sur le revenu n'augmentera pas"

INVITÉ RTL - Équipe de campagne affinée, programme dévoilé... Benoît Hamon souhaite créer une dynamique autour de sa candidature à un peu plus d'un mois du premier tour de l'élection présidentielle.

Yves Calvi_ RTL Matin Yves Calvi iTunes RSS
>
Réécoutez le "Petit-déjeuner de la présidentielle" de Benoît Hamon Crédit Image : Christophe Guibbaud pour RTL | Crédit Média : Yves Calvi | Durée : | Date : La page de l'émission
Marie-Pierre Haddad
Journaliste RTL

Il est le "candidat du pouvoir d'achat". C'est ainsi que Benoît Hamon s'est qualifié lors de la présentation de son programme, jeudi 16 mars. Dans cette nouvelle version, le candidat réaffirme sa volonté de mettre en place le revenu universel, mais s'inspire aussi de mesures d'Arnaud Montebourg, comme le made in France

L'ancien ministre a expliqué vouloir "muscler son projet", en rassemblant avec son ancien collègue de Bercy, mais aussi Vincent Peillon et Sylvia Pinel. Il a toutefois tenu à préciser : "Je ne cherche pas à faire plaisir à Arnaud Montebourg. Je prends ce que je juge être une proposition intelligente qui permet de créer de l'emploi et de surcroît, dont les modèles économiques seront beaucoup plus vertueux sur le plan de l'environnement". Benoît Hamon souhaite aussi "la revalorisation immédiate du SMIC et des minimas sociaux" pour "que les citoyens les plus modestes voient immédiatement leurs conditions s'améliorer".

Laïcité, cannabis, revenu... Retrouvez l'intervention de Benoît Hamon

9h14 - >> Retrouvez la chronique de Laurent Gerra

8h56 - Benoît Hamon est prêt à baisser son salaire s'il est élu président de la République. "Je pense que cette campagne a été beaucoup polluée par l'argent et surtout les forces de l'argent dans le programme des autres candidats. J'ai été transparent depuis le début sur mon patrimoine, sur mes donateurs. S'il faut baisser le salaire du président de la République, je n'ai pas de problème", explique-t-il.

8h48 - Écoutez en direct la chronique de Laurent Gerra.

8h39 - >> Retrouvez la chronique de Michel Cymes sur la légalisation du cannabis. 

8h31 - Que comptez-vous faire contre le repli identitaire ? "Il y a chez les jeunes une identité de consolation. On ne vit plus ensemble. On est rarement libre quand on n'a pas le minimum pour vivre. Chaque fois que l'on dit 'moins de fonctionnaires', 'moins de dotations aux collectivités locales', on dégrade le lien social et on laisse progresser des phénomènes qui destructurent la République". Le candidat souhaite que "le dialogue existe entre le public et le privé pour fixer un objectif commun de mixité sociale".

À lire aussi
présidentielle 2017
Juppé sur RTL : "Peut-être n'avais-je pas l'ambition présidentielle chevillée au corps"

8h25 - Sur le revenu universel, "19 millions de personnes vont être concernées par la première étape" de cette mesure, assure Benoît Hamon qui affirme par ailleurs que l'impôt sur le revenu n'augmentera pas.

19 millions de personnes vont être concernées par le revenu universel

Benoît Hamon sur RTL
Partager la citation

8h20 - Sur l'Union européenne, pensez-vous être en mesure de respecter la règle des 3% de déficit, demande un auditeur. "Cette règle est une convention comptable qui peut être interprétée avec souplesse quand on essaye de relancer le pays. Je les respecterai au terme de mon quinquennat", répond le candidat qui reconnaît que les deux premières années de son mandat, "nous serons au-delà des 3%".

8h18 - Les auditeurs interpellent désormais Benoît Hamon.

8h12 - Michel Cymes interroge le candidat sur la légalisation du cannabis. "C'est une décision difficile. Consommer du cannabis régulièrement n'est pas bon. L'hypocrisie serait de dépénaliser le cannabis, lui répond Benoît Hamon. Concrètement, il y aura des lieux dans lesquels on pourra acheter du cannabis et contrôler la qualité de ce qui sera distribuer. Ils seront interdits aux mineurs. Hélas en France, la consommation de cannabis augmente".

8h10 - >> Retrouvez la chronique de François Lenglet sur le programme économique de Benoît Hamon

8h08 - Comment Benoît Hamon compte recruter 40.000 enseignants supplémentaires >> Retrouvez les propositions du candidat sur l'Éducation.

7h58 - Benoît Hamon trouve que la "clause Molière" est "xénophobe" et "pitoyable". La clause Molière est une mesure qui vise à imposer le Français sur les chantiers dans certaines régions. Le premier ministre, Bernard Cazeneuve, estime qu'il s'agit davantage d'une "clause Tartuffe" dont les promoteurs visent "à tirer profit électoral". 

7h55 - Face à la menace de certains ralliements de socialistes à Emmanuel Macron, Benoît Hamon confie avoir fait le choix de moins "s'intéresser aux sanglots de quelques-uns. Le respect de la parole donnée compte. Lutter contre le Front national suppose de respecter profondément cela". 

7h50 - Sur la laïcité, Benoît Hamon affirme qu'il veut appliquer la loi de 1905. "Celle qui veut se promener en short ou en minijupe dans un quartier où un religieux lui dit 'habille toi', la loi de 1905 la protège. Elle n'a pas à se voir imposer un foulard. Il faut lutter contre toutes formes d'asservissement de la femme. Cette loi protège la liberté de conscience et la liberté religieuse. Je propose de créer un numéro vert, 7 jours sur 7, 24 heures sur 24, pour toutes formes d'atteintes à la liberté religieuse". Il ajoute : "Je ne serai pas de ceux qui veulent interdire le foulard dans l'espace public".

7h47 - Sur l'éducation, Benoît Hamon affirme que sa "priorité est d'en finir avec les classes surchargées dans le primaire. Il y a 23 élèves en moyenne par classe, mais en réalité ils peuvent être 30. Nous savons qu'il y a un lien direct entre les difficultés d'un élève et le nombre d'élèves par classe. Ce sera en valeur absolue 25 élèves par classe maximum en CP, CE1 et CE2". Le candidat affirme que ces mesures pour l'Éducation nationale coûtent moins de 4 milliards d'euros. Je préfère investir dans cela, plutôt que de devoir payer l'ignorance plus tard.

25 élèves par classe maximum en CP, CE1 et CE2

Benoît Hamon sur RTL
Partager la citation

7h46 - Benoît Hamon est face à Elizabeth Martichoux. 

7h37 - François Lenglet se dit frappé par "le déséquilibre entre la redistribution et la production. Je m'explique. Vous voulez redistribuer davantage, avec ce projet d'allocation universelle, avec l'augmentation des minimas, l'élargissement du droit aux allocations familiales. Du coup, vous allez prélever davantage, et en particulier sur les entreprises". 
 
Benoît Hamon explique vouloir "réserver des marchés publics" aux TPE et PME "qui se trouvent sur le territoire français". Le candidat ajoute être favorable à la baisse de l'impôt sur les bénéfices des sociétés pour celles qui réinvestissement". 

7h34 - >> Retrouvez l'édito politique d'Alba Ventura

7h23 - Sur la sortie du nucléaire, Benoît Hamon indique : "Je souhaite engager la diminution de la part du nucléaire dans la transition énergétique. Je fermerai toutes les centrales qui arrivent en fin de vie. Cela fait plus d'une dizaine sur tout le quinquennat".

Présidentielle 2017

Concernant les emplois, le candidat souhaite que "les salariés du nucléaire pourront s'impliquer dans le métier du démantèlement et aussi dans la transition écologique. Il faudra former des dizaines de milliers de personnes". 

7h20 - Francis Brochet, éditorialiste au Progrès souligne l'une de ses propositions : être à moins de 30 minutes d'une école ou d'un hôpital. "Je souhaite qu'il y a ait des garanties de services publics (...) Cela s'inscrit dans une politique d'aménagement du territoire (...) Je veux qu'adosser aux services des urgences, on puisse avoir des lieux où les médecins exercent", explique Benoît Hamon.

7h14 - Benoît Hamon est-il candidat à l'élection présidentielle ou vise-t-il le poste de premier secrétaire du Parti socialiste ? "Je suis candidat pour améliorer la vie de mes concitoyens, je considère qu'il n'y a aucune raison que le progrès économique ne se traduise pas auprès de mes compatriotes. Ce n'est pas facile de rassembler la gauche (...) Je n'ai aucune minute à consacrer ce que pourra devenir la future majorité du PS. Ce n'est pas un objectif qui me concerne. Je suis concentré sur le fait de proposer aux Français un chemin", répond le candidat. 

7h11 - Alba Ventura interpelle Benoît Hamon : "Mais que diable êtes-vous allé faire dans cette galère ?"

7h07 - À Grasse, un adolescent de 16 ans a ouvert le feu dans son lycée, blessant sans gravité plusieurs personnes dont le proviseur, avant d'être interpellé sans opposer de résistance. Sur les questions de sécurité, Benoît Hamon rappelle que "beaucoup qui a déjà été fait. "Je regrette que l'on ne se soit pas instruit par l'expérience, quand j'écoute Christian Estrosi. La solution, ce n'est pas un policier par établissement. Des patrouilles existent déjà (...) Je préfère l'humilité de ceux qui travaillent", dit-il en fustigeant l'ancien maire de Nice.

7h03 - En meeting à Caen hier soir, François Fillon a fermement critiqué le projet présidentiel voulu par Benoît Hamon, notamment sur la légalisation du cannabis.

7h - Les discussions entre Jean-Luc Mélenchon et Benoît Hamon ont duré de longues semaines. >> Retour sur une "idylle" compliquée entre les deux candidats.

6h58 - Première question posée par Yves Calvi : "Y a-t-il un accord possible avec Jean-Luc Mélenchon ?" Réponse de Benoît Hamon : "J'ai fait la proposition à Jean-Luc Mélenchon (...) Ça n'a pas été possible mais il faut que la démocratie aille à son terme. Ça ne sert à rien de prolonger éternellement des discussions. Il n'est pas question que je remette en question ma candidature".

6h57 - L'émission débute.

6h35 - Plus que quelques minutes avant le début de la matinale spéciale avec Benoît Hamon.

6h30 - Benoît Hamon a détaillé son programme, le 16 mars. Il y a repris des mesures phares prônées par Arnaud Montebourg, lors de la primaire.

Présidentielle 2017

6h19 - Le candidat tiendra le 29 mars à Lille un meeting avec Martine Aubry, l'un de ses principaux soutiens au PS pour l'élection présidentielle, selon une source proche de la maire de Lille. Avec plusieurs de ses amis politiques, l'ancienne première secrétaire du Parti socialiste avait apporté son soutien au candidat dès le lendemain du premier tour de la primaire organisée par le PS. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Vidéo Parti socialiste Benoît Hamon
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants