1 min de lecture Présidentielle 2017

Benoît Hamon ne veut pas qualifier la colonisation de "crime contre l'humanité"

LE GRAND JURY - Le candidat socialiste appelle toutefois la France "à regarder son histoire en face" et pourrait "exprimer des regrets" à l'endroit des peuples qui ont subi la colonisation.

micro générique Le Grand Jury Benjamin Sportouch iTunes RSS
>
Benoît Hamon ne veut pas qualifier la colonisation de "crime contre l'humanité" Crédit Image : RTL / Frédéric Bukajlo / SIPA PRESS | Crédit Média : Olivier Mazerolle | Date :
La page de l'émission
Ludovic Galtier
Ludovic Galtier
et Olivier Mazerolle

Après la polémique déclenchée par Emmanuel Macron sur la colonisation, Benoît Hamon a fait part de son désaccord sur RTL : "Je ne suis pas pour caractériser cela comme un crime contre l'humanité", a-t-il clairement dit à l'intention de son adversaire. "Parce que cela veut donc dire que l'on envisage qu'une cour pénale internationale puisse juger des Français pour crime contre l'humanité d'une part, et d'autre part que nous hissons cette blessure-là au niveau de la Shoah, du génocide rwandais, du génocide arménien. Je ne veux pas rentrer dans une forme de concurrence mémorielle. Je trouve que cette affaire est grave, lourde."

Le socialiste met toutefois en évidence un "fardeau, qui suppose que l'on exprime publiquement les regrets qui sont ceux de la République à l'endroit des peuples" opprimés, ajoutant qu'il serait prêt à aller jusqu'à des excuses. "Si vous regardez, le ministre des Anciens combattants, M. Todeschini, était à Sétif pour dire qu'il jugeait que la responsabilité de la France avait été grande dans ces massacres du 8 mai 1945 qui ont tué des dizaines, des centaines d'Algériens. Oui, il y a une démarche de la France qui assume ce qu'est la part sombre de l'héritage qui est le sien."

Cette démarche ne signifie pas pour autant, pour Benoît Hamon, de "renvoyer tous les pieds-noirs, tous les rapatriés à une responsabilité qui n'est pas la leur, en l’occurrence celle d'être des criminels contre l'humanité. Ce serait une folie." Benoît Hamon n'écarte pas l'hypothèse d'"exprimer des regrets". "Je verrai si c'est sous cette forme-là (les excuses, ndlr) que nous devrons agresser nos regrets aux peuples qui sont ceux d'Algérie, de Tunisie, du Maroc et tous les pays qui ont subi la colonisation, mais il me semble que nous devons regarder notre histoire en face."

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Présidentielle 2017 Benoît Hamon Parti socialiste
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants