1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Bayrou reproche à Valls de "stigmatiser" le Front national
1 min de lecture

Bayrou reproche à Valls de "stigmatiser" le Front national

Pour le président du Modem, stigmatiser le Front national "c'est le meilleur moyen" de faire monter le vote FN.

6e ex aequo - François Bayrou
6e ex aequo - François Bayrou
Crédit : AFP / THOMAS SAMSON
La rédaction numérique de RTL & AFP

François Bayrou, a déploré dimanche la volonté de Manuel Valls de stigmatiser le Front national, estimant que "c'est le meilleur moyen" de faire monter les scores électoraux de ce parti. "Venir devant les caméras et dire qu'il y a une faute morale, donc on va stigmatiser - c'est le mot que Manuel Valls a employé - le Front national (...), c'est le meilleur moyen de faire venir les voix au Front national" car ce discours de stigmatisation, "les électeurs" tentés par un vote FN "l'entendent pour eux", a déclaré le maire de Pau, invité de l'émission Le supplément, sur Canal+.

"Je pense que c'est une erreur de ligne, de trajectoire" et que François Hollande et Manuel Valls "se trompent d'approche", a repris François Bayrou. "Quand vous mettez ce sujet au centre de la table, de toutes les discussions et que tous les commentaires tournent autour, vous apportez des contingents de voix à cette candidature", a-t-il estimé.

Bayrou prend position contre le regroupement familial

Le dirigeant centriste a d'autre part pris position contre la poursuite du regroupement familial, "une idée généreuse". "Ce n'est pas la source de tous les maux. Un pays en bonne santé intègre. (Dans) un pays en mauvaise santé comme le nôtre, ces déséquilibres de populations accroissent la crise", a-t-il jugé. 

L'ex-candidat à la présidentielle a enfin confirmé qu'il "serai(t) avec" Alain Juppé lors de la primaire de la droite pour la présidentielle de 2017. "Il n'a pas la même approche partisane que les autres. Les rassemblements qu'il envisage sont beaucoup plus larges que l'UMP contre le PS", a-t-il dit.

À lire aussi

"S'il ne gagne pas la primaire, je serai libre", a ajouté François Bayrou, en relevant qu'il n'avait "jamais renoncé à l'obligation d'un citoyen qui s'occupe des affaires de son pays". 

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/