1 min de lecture Nicolas Sarkozy

"Bayrou c'est comme le sida" : Nicolas Sarkozy porte plainte contre "Le Parisien"

Nicolas Sarkozy a annoncé qu'il "engageait des poursuites judiciaires" à l'encontre du "Parisien" qui lui attribue des propos insultants à l'égard du président du MoDem.

Nicolas Sarkozy avec François Bayrou à Bordes en 2010
Nicolas Sarkozy avec François Bayrou à Bordes en 2010 Crédit : AFP
Marion Dubreuil
Marion Dubreuil
Journaliste RTL

Nicolas Sarkozy a annoncé qu'il allait porter plainte contre Le Parisien qui lui a attribué dans son édition datée du mercredi 8 avril des propos insultants à l'égard de François Bayrou. "Bayrou c'est comme le sida... Quiconque le touche meurt", voici les propos que le quotidien prête au président de l'UMP dans un article consacré aux impairs de l'alliance entre la droite et le centre. 

L'ex-chef de l'État a "démenti catégoriquement et avec force les propos qui, dit-il, lui sont prétendument attribués". Nicolas Sarkozy avait dû en effet faire face à une levée de bouclier des associations de lutte contre le VIH comme AIDES qui avait dénoncé ce "dérapage ignoble, digne des pires heures de Jean-Marie Le Pen". 

L'association Act Up avait demandé à l'UMP des excuses publiques ainsi que l'exclusion de Nicolas Sarkozy pour "qu'il rejoigne le FN, dont c'est le discours routinier". 

Nathalie Kosciusko-Morizet, comme d'autres ténors de l'UMP, ont pris la défense de leur président : "Les propos attribués à Nicolas Sarkozy par Le Parisien sont mensongers. Ils n'appartiennent ni à son vocabulaire ni à notre combat", a publié sur Twitter la députée de l'Essonne. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Nicolas Sarkozy Plainte Justice
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants