2 min de lecture Daesh

Bataille de Mossoul : selon Chevènement, "Daesh pourra se reproduire ailleurs"

INVITÉ RTL - Pressenti pour devenir président de la Fondation de l'islam de France, l'ancien ministre s'exprime au micro de RTL sur la capacité de daesh a survivre aux attaques de ses ennemis.

Jean-Pierre Chevènement, invité de RTL le 17 octobre 2016
Jean-Pierre Chevènement, invité de RTL le 17 octobre 2016 Crédit : Camille Kaelblen / RTL.fr
245_MARTICHOUX
Elizabeth Martichoux et Clémence Bauduin

La globalisation a déstabilisé la géopolitique mondiale. Telle est la théorie de Jean-Pierre Chevènement. Il l'expose dans Le défi de civilisation, un ouvrage dans lequel il aborde les raisons religieuses et sociologiques, mais revient également sur les fracas provoqués par la mondialisation. Tandis que la bataille de Mossoul, en Irak, a commencé depuis quelques heures pour reprendre la ville des mains de Daesh, Jean-Pierre Chevènement, pressenti pour devenir, le 28 novembre prochain, président de la Fondation de l'islam de France, estime "importante" cette bataille pour faire reculer le terrorisme. "Si Mossoul tombera, à coup sûr, - ce ne sera pas facile -, et le mythe restera et Daesh pourra se reproduire ailleurs", nuance-t-il toutefois. 

"Le monde musulman, c'est 1,8 milliard d'hommes. Ce qu'il se passe à Mossoul est la conséquence des deux guerres du Golfe et de la destruction de l'État irakien. Mossoul faisait partie de la zone sunnite, le gouvernement de Bagdad est sous influence chiite, (...) nous sommes dans un état de liquéfaction de l'État irakien qui est le produit d'une intervention déstabilisatrice", éclaire l'ancien ministre.

"Nous sommes menacés de guerre civile"

La réelle difficulté de cette bataille, outre le million et demi de civils en danger dans la ville, est qu'il n'y a pas de solutions pour l'après-Mossoul. "Politiquement, il n'y a pas d'accord entre l'armée irakienne, les Kurdes, les milices chiites et les brigade sunnites, détaille Jean-Pierre Chevènement. La bataille peut être gagnée dans un premier temps mais elle risque d'être suivie par des conflits de moindre importance mais très pénalisants pour la population de Mossoul". Toutefois, il estime cette intervention nécessaire. "C'est un moment important, car Daesh est né en Irak et non en Syrie, ne l'oublions pas". 

En France, ce contexte géopolitique mondial n'est pas sans conséquences. "Nous sommes devant une période difficile, il faut s'y préparer, y compris mentalement", prévient Jean-Pierre Chevènement. Celui-ci dépeint un "avenir inquiétant pour la France". "Nous sommes menacés de guerre civile (...), c'est le but de Daesh, affirme-t-il. L'ennemi ce n'est pas l'islam. Ce qui pose problème est une mondialisation devenue folle". La globalisation a, selon lui, marginalisé l'Europe. 

À lire aussi
L'hommage rendu aux victimes de l'attentat de 2016, le 14 juillet 2020 à Nice Attentat à Nice
Nice : hommage poignant pour les victimes de l'attentat de 2016

Comment intervenir dans les pays sous emprise de Daesh ? "Al-Qaïda ou daesh, c'est la même chose", lance Jean-Pierre Chevènement, affirmant que soutenir l'un est aussi grave que soutenir l'autre. Celui-ci s'en prend également aux sanctions lancées contre la Russie qui sont, selon lui, "imposées par les États-Unis et constituent une erreur". "Il faut s'entendre avec la Russie avec laquelle nous avons des intérêts communs", conclut-il sur le chapitre du conflit syrien.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Daesh Jean-Pierre Chevènement Islam
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants