1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Baccalauréat : Édouard Philippe promet une réforme pour 2021
1 min de lecture

Baccalauréat : Édouard Philippe promet une réforme pour 2021

Lors de son discours de politique générale, ce mardi 3 juillet, le premier ministre Édouard Philippe a notamment évoqué le lycée et promis de faire "profondément évoluer" son examen final, le baccalauréat.

Édouard Philippe fait plusieurs annonces devant l'Assemblée nationale
Édouard Philippe fait plusieurs annonces devant l'Assemblée nationale
Crédit : CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP
Benjamin Pietrapiana

On connaît l'amour de la littérature d'Edouard Philippe et on sait combien l'éducation est une priorité pour le président Emmanuel Macron. C'est dans cet esprit que le Premier ministre a déclaré dans son discours de politique générale vouloir réformer le baccalauréat et qu' "une concertation sera lancée dès la rentrée prochaine, pour resserrer les épreuves finales autour d'un plus petit nombre de matières et définir ce qui relève du contrôle continu".
Moins d'un an de concertation, donc, car le premier ministre souligne qu'elle aboutisse "avant septembre 2018, pour une mise en oeuvre complète de cette réforme pour le bac 2021".
L'ancien maire du Havre égratigne au passage les résultats actuels de l'examen français. "Nous dépensons bien plus que les autres pays pour le lycée, notamment parce que notre système est rigide et conçu autour du baccalauréat, mais nous conduisons 60% de bacheliers à l'échec en licence!", déplore-t-il.

Si chaque année, le bac est de plus en plus vivement critiqué, réformer cet examen bicentenaire est une gageure : la dernière tentative de réforme remonte à 2004 et a vite tourné court. 

Une "ambition forte" pour la filière professionnelle

Le projet de réformer le baccalauréat avait déjà été évoqué par le ministre de l'Education, Jean-Michel Blanquer, début juin. Il déclarait vouloir "remuscler" le bac pour le rendre "plus utile" aux élèves et affirmer vouloir en faire  "un tremplin pour la suite de leur parcours", davantage qu'une "évaluation finale".

Mais le Premier ministre, lors de sa prise de parole à l'Assemblée, ne cible pas seulement l'examen de fin du lycée et a également élargi son propos, évoquant son "ambition forte" pour la filière professionnelle, prônant des liens "resserrés" entre le lycée professionnel et le monde de l'entreprise. 

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/