1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Christian Estrosi : "Les voyous de la police doivent être sanctionnés"
1 min de lecture

Christian Estrosi : "Les voyous de la police doivent être sanctionnés"

REPLAY - INVITÉ RTL - Le président de la région PACA dénonce une "très grave" bavure policière à Aulnay-sous-Bois.

Christian Estrosi dans le studio de RTL, le 8 février 2017
Christian Estrosi dans le studio de RTL, le 8 février 2017
Crédit : RTLNET/ Johanna Guerra
Christian Estrosi était l'invité de RTL
12:19
Présidentielle 2017 : Estrosi dénonce "l'entre-soi" qui favorise le FN
02:01
Christian Estrosi : "Les voyous de la police doivent être sanctionnés"
00:23
Christian Estrosi : "Les voyous de la police doivent être sanctionnés"
12:23
Julien Absalon
Julien Absalon

Au micro de RTL, Christian Estrosi a dénoncé la "très grave" bavure policière à Aulnay-sous-Bois, où le jeune Théo a été gravement blessé au cours d'une violente interpellation. Un policier a été mis en examen pour viol, car soupçonné d'avoir introduit une matraque dans les fesses du jeune homme de 22 ans. Trois autres agents sont également inculpés pour violences. "Je dis que quelques voyous de la police qui seraient à l'origine de cette tragédie doivent être sanctionnés extrêmement lourdement. Un viol, c'est un crime. [Ils] n'ont pas le droit de salir la police française", tonne le président LR de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur, dans des propos qui tranchent avec ceux de Marine Le Pen.

Tout en assurant que "les Français aiment leur police", Christian Estrosi a salué les "paroles importantes" de Théo qui a appelé les jeunes de sa commune "à ne pas faire la guerre", en allusion aux violences qui se sont produites les nuits précédentes dans la cité des 3.000. À cause du climat de tension extrêmement élevé depuis l'interpellation, des policiers menacés avaient dû procéder à des tirs de sommation à balles réelles. Dans la nuit de mardi à mercredi, le calme était globalement revenu dans la commune qualifiée de "meurtrie" par Christian Estrosi.

En outre, l'ancien maire de Nice dit avoir "apprécié" la visite de François Hollande au chevet de Théo, mardi 7 février à l'hôpital d'Aulnay-sous-Bois. Le chef de l'État est resté une demi-heure avec le jeune homme. "Elle était essentielle", affirme-t-il.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/