1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. "Au gouvernement comme à l'Élysée, le mot magique c'est efficacité", analyse Olivier Bost
2 min de lecture

"Au gouvernement comme à l'Élysée, le mot magique c'est efficacité", analyse Olivier Bost

ÉDITO - Le gouvernement repart en séminaire de travail ce week-end. Le monde politique serait-il devenu une entreprise comme les autres ?

Emmanuel Macron et le 2e gouvernement d'Édouard Philippe
Emmanuel Macron et le 2e gouvernement d'Édouard Philippe
Crédit : Thomas SAMSON / AFP
"Au gouvernement comme à l'Élysée, le mot magique c'est efficacité", analyse Olivier Bost
02:59
"Au gouvernement comme à l'Élysée, le mot magique c'est efficacité", constate Olivier Bost
03:00
Olivier Bost & Loïc Farge

Dimanche 8 octobre, le gouvernement se réunira pour la troisième fois en séminaire de travail. Bienvenue dans l'ère du "team building", du "brainstorming", du "coworking", du "feed-back" et, avant toute chose, de la communication. Le gouvernement va donc passer tout un après-midi à Matignon. Au menu : comment inonder l'agenda médiatique jusqu'à la fin de l'année, sans couac bien entendu (on plaisante à peine) ? Les ministres vont plancher sur le programme des prochains mois : le Budget, la réforme de la formation, la réforme de l'assurance-chômage, le plan étudiant. Et apparemment, ça ne suffit pas pour rassasier l'appétit de changement du Président. Il faudra encore en rajouter.

Même si ça donne le tournis - surtout à l'opposition -, que ça fatigue un peu tout le monde, cette stratégie du feu d'artifice de réformes n'est pas prête de s'arrêter. Dans ce séminaire, cette réunion de planification, il y aura aussi quelques ateliers pratiques : comment ne pas se faire piéger au Parlement ? Faut-il multiplier les déplacement sur le terrain ? Christophe Castaner, le porte-parole du gouvernement, devrait expliquer à ses petits camarades comment réussir ses passages matin, midi et soir dans les médias.

Macron se comporte comme un manager

Le gouvernement est-il en fait une entreprise comme les autres ? Là, il faut remonter au grand chef pour répondre effectivement à la question. Emmanuel Macron se comporte bel et bien avec ses équipes comme un dirigeant d'entreprise. Il applique les préceptes des premiers chapitres de tous les bons bouquins de management.

Il a son premier cercle - son comité exécutif en quelque sorte, avec ses plus proches collaborateurs -, et les ministres sont chargés des différentes directions de sa petite entreprise. Il motive tout le monde. Comme un PDG hyperactif, il bombarde de SMS les membres de son équipe à toute heure du jour et de la nuit. À la limite du harcèlement.

Tous les anglicismes ne remplaceront pas une bonne idée politique

Olivier Bost

L'efficacité, au gouvernement comme à l'Élysée, tout le monde n'a plus que ce mot à la bouche. C'est un mot magique parce qu'il remplace tout. Il justifie toute les décisions et empêche aussi les débats. La politique est quasiment devenu un gros mot. Ce n'est ni de gauche, ni de droite, c'est efficace ! Un exemple : les emplois aidés. Ils ne permettent pas forcément de retrouver du travail, ils coûtent cher, ils ne sont donc pas efficace. Hop ! Supprimés. Sauf que derrière, il y avait des services rendus dans des petites communes et dans des écoles.

La politique n'est pas que du marketing

À écouter aussi

Avec cet exemple, on voit très vite les limites de cette stratégie d'entreprise appliquée à tous les étages de la politique. On ne peut pas tout décider et tout diriger avec des objectifs, des rétro-plannings et des tableaux de chiffres. Les électeurs ne sont pas seulement des clients de service public. Ils ne sont pas non plus que des parts de marchés qu'il faudrait satisfaire.

Pour faire une comparaison, si vous gérez votre vie personnelle et familiale comme on gère une entreprise, cela risque d'être fatiguant ou lassant pour votre entourage. Le monde de l'entreprise a certes ses qualités et ses exigences, mais il ne peut pas servir de modèle pour tout. La politique, ce n'est pas seulement du marketing. Tous les "team building", "benchmarking" et autres anglicismes ne remplaceront pas une bonne idée. Une idée politique.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/