1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Attentats à Paris : les dessous de l'entretien tendu entre Nicolas Sarkozy et François Hollande
2 min de lecture

Attentats à Paris : les dessous de l'entretien tendu entre Nicolas Sarkozy et François Hollande

L'ancien président aurait adressé quelques conseils à son successeur, lors de leur entretien exceptionnel, après les attentats à Paris. Selon "Le Canard Enchaîné", la conversation a été délicate.

Nicolas Sarkozy et François Hollande à l'Élysée, le 15 novembre 2015.
Nicolas Sarkozy et François Hollande à l'Élysée, le 15 novembre 2015.
Crédit : STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
Marie-Pierre Haddad

L'union nationale n'aura duré qu'un temps. Après les attentats sanglants à Paris, revendiqués par l'État islamique, François Hollande a reçu les représentants des partis politiques français à l'Élysée. Selon Le Canard Enchaîné, l'ancien président de la République est sorti peu satisfait du rendez-vous. Le journal rapporte que les échanges entre les deux hommes ont été tendus.  

Des sources de gauche comme de droite affiment que le président des Républicains a profité de l'entrevue avec François Hollande pour aborder le sujet des écoutes administratives. "C'est quand même incroyable que les juges m'écoutent du matin au soir et oublient d'écouter les terroristes", aurait-il dit au président de la République. Ensuite, Nicolas Sarkozy a adressé quelques conseils à son successeur : "Tu ne seras pas crédible dans ton combat tant que tu garderas Taubira et que tu auras ce matamore de Valls qui ne fait peur à personne".

On va se prendre un très mauvais résultat aux régionales

Nicolas Sarkozy

Nicolas Sarkozy ne s'est pas arrêté et a fait part de ses remontrances envers François Hollande à ses proches, selon Le Canard Enchaîné. "Il aurait au moins pu me dire merci, rappeler que c'est grâce à moi s'il a pu s'exprimer au Congrès de Versailles, alors qu'il avait critiqué la réforme de la Constitution, que j'ai fait voter en 2008 !", a-t-il confié.
 
Plus généralement, le président des Républicains a du mal à comprendre le revirement de situation dont bénéfice le patron de l'Élysée. "Je n'en reviens pas ! Hollande, il y a un mois, il était mort et le voilà ressuscité !" Il a admis que cette période était un "moment très difficile pour l'opposition". À quelques jours des élections régionales, Nicolas Sarkozy confie que Les Républicains ne sont pas audibles : "Ça s'annonce d'autant plus difficile que Hollande a repris 80% de nos propositions sur la sécurité. On va se prendre un très mauvais résultat aux régionales. Nous sommes pris en sandwich entre le Front national dopé par les attentats et une gauche remobilisée par l'union nationale et l'attitude guerrière de son chef". 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/