2 min de lecture Christian Estrosi

Attentats à Paris : "Le gouvernement a repris nos propositions de janvier", estime Christian Estrosi

LE GRAND JURY - Christian Estrosi, candidat aux élections régionales en PACA, approuve les décisions prises par le gouvernement après les attentats de Paris.

micro generique Le Grand Jury Benjamin Sportouch iTunes RSS
>
Christian Estrosi : "Le Parlement n'a pas donné une image exemplaire" Crédit Image : RTL/Frédéric Bukajlo/Abacapress | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
245_MARTICHOUX
Elizabeth Martichoux et Ludovic Galtier

Sur le plan politique, l'opposition a changé son fusil d'épaule dans cette période post attentats. Christian Jacob, président du groupe Les Républicains à l'Assemblée nationale, s'est d'abord opposé à une révision de la Constitution avant de se montrer plus conciliant. Christian Estrosi n'a pas souhaité polémiquer plus longtemps, jugeant "absolument digne" l'attitude de François Hollande après les attentats de Paris."

Le candidat aux élections régionales 2015 en PACA est satisfait que certaines de ses propositions "faites depuis le mois de janvier" aient été reprises par l'exécutif. "La majorité et l'opposition peuvent s'entendre sur des propositions (...) Il s'agit de la survie des Français, comment pourrions-nous donner une autre image que cette unité ? Mais l'unité nationale ne veut pas dire le bâillonnement national", ajoute-t-il.

"La gauche serait devenue une droite dure?"

Le candidat aux élections régionales en PACA maintient toutefois ses critiques et regrette que du temps ait été perdu : "Ces mesures ne peuvent pas avoir été bonnes aujourd'hui et mauvaises au mois de janvier ? Il faudra en titrer des conséquences". Dans ces conditions où la gauche reprend les propositions de la droite, la formation de Nicolas Sarkozy est-elle encore nécessaire dans ce débat, s'est interrogé Guillaume Roquette du Figaro. "Ça veut dire qu'hier, nous étions une droite dure et qu'aujourd'hui la gauche est devenue une droite dure (...) j'espère que le gouvernement ne rêve pas de parti unique. Je souhaite qu'entre majorité et opposition il y ait des propositions."

À titre d'exemple, le maire de Nice a mis en place une cellule de renseignement il y a deux ans. "J'ai une maison des victimes qui, avec des juristes et du personnel social, reçoit des familles inquiètes par le changement de comportement de leurs enfants. Elles viennent nous le signaler pour que nous puissions réagir auprès du ministère de l'Intérieur", explique-t-il. À en croire le député, aucune autorité compétente n'a pris en compte les signalements qu'il a déposés ces derniers mois. "Nous avons dressé des PV au cours de ces deux ans pour débusquer des lieux où se pratiquait le salafisme, le trafic d'armes, des lieux clandestins, rien ne s'est passé, estime-t-il avant de poursuivre tout aurait changé après les attentats de Paris. Au cours des trois derniers jours, il y a eu une perquisition de ses lieux", a révélé le maire de Nice.

Les autres candidats à la présidence de la région PACA sont : Marion Maréchal-Le Pen, tête de liste Front national, Christophe Castaner, tête de liste Parti socialiste-Mouvement républicain citoyen-UDE , Sophie Camard, tête de liste EELV - Front de gauche, Isabelle Bonnet tête de liste Lutte ouvrière, Cyril Jarny, tête de liste Nouvelle Donne, Noël Chuisano tête de liste Debout la France et Jacques Bompard, tête de liste de la Ligue du Sud.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Christian Estrosi Attentats à Paris Élections régionales
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants