1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Attentats à Paris : Jean-Pierre Raffarin juge qu'une révision de la Constitution serait "probablement inutile et inefficace"
3 min de lecture

Attentats à Paris : Jean-Pierre Raffarin juge qu'une révision de la Constitution serait "probablement inutile et inefficace"

REPLAY - REPLAY / INVITÉ RTL - Jean-Pierre Raffarin estime qu'une révision de la Constitution n'est pas la réponse opportune, du moins dans son annonce, qui reste selon lui trop floue.

Jean-Pierre raffarin, invité de RTL le 17 novembre 2015.
Jean-Pierre raffarin, invité de RTL le 17 novembre 2015.
Crédit : Ambre Lefèvre / RTL.fr
Attentats à Paris : Jean-Pierre Raffarin juge qu'une révision de la Constitution serait "probablement inutile et inefficace"
08:17
"Il faut sortir de ces ambiguïtés et faire de l'État islamique l'ennemi numéro 1", assène Jean-Pierre Raffarin
00:40
Attentats à Paris : il faut faire de "l'État islamique l'ennemi numéro 1", estime Jean-Pierre Raffarin
08:55
Julien Quelen
Julien Quelen

Le discours du président de la République lundi devant le Congrès appelait à l'unité nationale. Une unité qui s'est ressentie à Versailles, mais qui n'a pas forcément été suivie dans les faits sur le terrain politique. Pour Jean-Pierre Raffarin, au delà des divergences en la matière, l'essentiel était bien la réunion de tous les parlementaires sous la bannière de la République. "L'essentiel, c'est que nous étions rassemblés, que les orientations du président sont bonnes et que l'annonce de l'augmentation des moyens est positive", a-t-il ainsi déclaré sur RTL.

Pour l'ancien premier ministre, qui a jugé l'intervention du président utile, son discours manquait tout de même d'un important volet sur la communauté musulmane de France, dont la voix n'est selon lui pas assez entendue ou sollicitée. "Le négatif, c'est qu'il y a un manque que je trouve très lourd. Il n'y a pas de message aux musulmans modérés, il n'y a pas de message sur la dérive islamique qui est quand même le problème numéro 1 de la France. On n'entend pas assez les musulmans modérés pour être dans le camp de la démocratie et de la laïcité".

Un "doute" sur l'utilité d'une révision de la Constitution

L'annonce du souhait de François Hollande de réviser la Constitution est loin de faire l'unanimité au sein de l'opposition. Tout comme Nicolas Sarkozy ou Christian Jacob, Jean-Pierre Raffarin juge qu'une réforme des institutions ne répondrait pas forcément au problème, ni aux attentes des Français. 

"Nous avons un doute sur l'utilité d'une réforme de la Constitution dans ces circonstances, a-t-il ainsi déclaré au micro de RTL. Ça peut être utile, mais pour le moment on nous annonce une boite et on ne sait pas ce qu'il y a dedans. On nous dit ce n'est pas l'article 16, ce n'est pas l'état de siège, ce sera un nouveau statut d'exception. Le président ajoute avec ambiguïté 'en respectant l'État de droit', mais un statut d'exception c'est justement fait pour sortir de l’État de droit pour créer un nouvel État de droit". 

Une révision de la Constitution, c'est lourd, qu'on a besoin d'autre chose que de discours, on a besoin d'action

Jean-Pierre Raffarin
À lire aussi

Pour Jean-Pierre Raffarin, les circonvolutions politiques par lesquelles doivent inévitablement passer les réformes de la Constitution ne sont pas opportunes. Malgré tout, le président de la commission des Affaires étrangères au Sénat ne s'oppose pas fermement à la volonté de François Hollande et préfère prôner l'unité dans cette période cruciale. "Le problème, c'est qu'une révision de la Constitution, c'est lourd, qu'on a besoin d'autre chose que de discours, on a besoin d'action. Je ne fais pas partie de ceux qui veulent polémiquer avec le président de la République, je crois que le soutien aux institutions fait partie aujourd'hui de la stratégie de la France qui doit être rassemblée". 

Malgré tout, une réforme de la Constitution, qui devra être votée cette semaine, sera très certainement inutile pour Jean-Pierre Raffarin qui attendra d'en connaître le contenu exact avant de se prononcer en sa faveur ou non. "Cette réforme des institutions est probablement inefficace et inutile. Je n'en connais pas le contenu donc je ne peux pas me prononcer", a-t-il ainsi conclu sur le sujet. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/