3 min de lecture Muriel Pénicaud

Assurance chômage : les 3 mesures phares du gouvernement

ÉCLAIRAGE - Muriel Pénicaud, ministre du Travail, a dévoilé ce à quoi devrait ressembler la future assurance chômage. Un texte qui suit les accords des partenaires sociaux, tout en y ajoutant quelques approfondissements.

Muriel Pénicaud, ministre du Travail
Muriel Pénicaud, ministre du Travail Crédit : Martin BUREAU / AFP
Nicolas Marischaël avec sa famille dans son atelier-boutique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Le gouvernement ira "plus loin" que les partenaires sociaux sur l'indemnisation chômage des démissionnaires, avec un droit mobilisable "tous les cinq ans" au lieu de sept, mais il respectera leur compromis sur les contrats courts, a annoncé jeudi la ministre du Travail Muriel Pénicaud dans un entretien au Parisien. "Cet accord négocié par les partenaires sociaux va servir de base à la transformation et à la concrétisation de la loi. Il y a beaucoup plus de droits pour les salariés français", assure Benjamin Griveaux au micro RTL.

Syndicats et patronat ont finalisé le 22 février un accord sur l'assurance chômage, qui prévoit une indemnisation pour les salariés qui démissionnent en vue d'une reconversion professionnelle. Le texte demande par ailleurs aux branches professionnelles de réduire, par la négociation, le recours aux contrats courts. "Nous sommes en phase avec le texte de l'accord", déclare Muriel Pénicaud. Concernant notamment la lutte contre les contrats précaires, "nous allons respecter ce que les partenaires sociaux ont prévu dans leur accord", a-t-elle indiqué.

Les branches auront "jusqu'à fin décembre pour prendre des mesures afin de modérer le recours aux contrats courts". Faute de "résultats satisfaisants", "le gouvernement prendra ses responsabilités" en leur imposant "un bonus-malus dont la possibilité sera inscrite dans le projet de loi". Selon elle, les branches "n'auront plus le choix", ce sera leur "dernière chance" de se saisir de la question.

1. Les démissionnaires indemnisés

En revanche, la ministre ne compte pas reprendre l'accord à la lettre concernant les démissionnaires. "Les partenaires sociaux ont mis comme condition d'avoir une durée d'activité ininterrompue de sept ans dans l'entreprise pour en bénéficier. On souhaite aller plus loin qu'eux sur ce point : instaurer un droit tous les cinq ans", développe la ministre.

À lire aussi
travail
Emploi : quels secteurs recrutent le plus ?

Autre différence : le nouveau droit sera mobilisable par un démissionnaire souhaitant "créer son entreprise". Après l'avoir un temps envisagé, les partenaires sociaux avaient, eux, retiré cette possibilité de leur texte final. En revanche la ministre valide la proposition des partenaires sociaux d'indemniser les démissionnaires dans "les mêmes conditions que n'importe quel chômeur", alors qu'elle tablait initialement sur un droit minoré.

Benjamin Griveaux, porte-parole du gouvernement, assure que cette avancée concernera pas moins de 30.000 personnes par an. "Ce n'est pas rien, ce sont aujourd'hui des personnes malheureuses dans leur emploi ou qui ne franchissent pas le pas pour créer leur entreprise. Ce sont des droits nouveaux (...) Les partenaires sociaux évaluent entre 15 et 20.000 personnes par an mais nous, on pense que ce sera plus 30.000 personnes par an". 

2. 800 euros pour les indépendants

Concernant l'indemnisation des indépendants, sujet que les partenaires sociaux avaient renvoyé dans le camp du gouvernement, la ministre annonce qu'un "droit de 800 euros par mois pendant six mois" sera mis en place, "financé par la CSG" et "destiné aux indépendants qui sont en liquidation judiciaire et qui avaient un bénéfice annuel autour de 10 000 euros".

Une mesure que certains jugent insuffisante. "Je vois bien qu'il faut voir le verre à moitié vide mais moi, je suis partisan d'une forme d'optimiste", attaque Benjamin Griveaux qui évoque 30.000 défaillances l'année dernière pour les artisans, commerçants et exploitants agricoles. Ce n'est jamais suffisant quand vous avez connu une faillite, c'est difficile, mais aujourd'hui c'est zéro euro". 

3. Davantage de contrôles

Pour finir, sur le contrôle des chômeurs, le gouvernement va "tripler les équipes de contrôle de Pôle emploi", qui "vont passer de 200 à 600 agents d'ici à la fin de l'année". Le renforcement des contrôles devra "aller de pair avec un accompagnement plus rapide et personnalisé des demandeurs d'emploi".

En revanche, la question des sanctions n'est pas tranchée. "Nous allons en discuter rapidement avec les partenaires sociaux", indique la ministre, qui juge le système actuel "incohérent". La notion d'offre raisonnable d'emploi va notamment être définie "plus précisément" pour que les sanctions après deux refus soient "pleinement applicables".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Muriel Pénicaud Démission Travail
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants