1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Assaut à Saint-Denis : "Le Raid essaie de jouer sur l'effet de surprise", analyse un ex-membre du Raid

Assaut à Saint-Denis : "Le Raid essaie de jouer sur l'effet de surprise", analyse un ex-membre du Raid

François El Bahri, ex membre du Raid, révèle que l'intervention de 7 heures à Saint-Denis a eu selon lui une durée normale et en a dit plus sur l'organisation d'une telle opération.

Des hommes du RAID (illustration).
Des hommes du RAID (illustration).
Crédit : Thomas Samson
Assaut à Saint-Denis : "Le Raid essaie de jouer sur l'effet de surprise", analyse un ex-membre du Raid
03:39
Martin Cadoret
Journaliste

François El Bahri faisait partie de l'équipe qui a donné l'assaut contre Mohamed Merah en mars 2012. Il a réagi au micro de RTL à l'opération spéciale menée par le Raid à Saint-Denis ce mercredi 18 novembre. Une opération qui a duré 7 heures. Une durée normale selon l'ex membre du Raid. "Dans ces circonstances, c'est normal, l'unité ne veut pas prendre plus de risques que nécessaire. Il n'y a pas d'urgence, il y a une riposte immédiate dès que la première porte s’entrebâille, les opérateurs du Raid essuient des coups de feu, des jetés de grenade. Alors ils se replient et s'organisent pour donner un deuxième assaut", détaille François El Bahri.

Jouer sur l'effet de surprise

L'ex-membre du Raid dévoile les conditions dans lesquelles ce type d'opération se déroule. "On essaie de bénéficier de l'effet de surprise, même si là, ça n'a pas été le cas. On n'a pas toujours le temps de s'organiser. Il faut aller très vite. Les gens regagnent l'unité, il faut monter dans le véhicule, rejoindre le lieu concerné. On arrive quelques fois à obtenir des plans des appartements. Le service enquêteur a dû donner quelques informations à l'unité d'intervention. J'imagine qu'ils (les membres du Raid  ndlr) connaissaient approximativement le nombre d'individus", explique François El Bahri.
L'autre problème auquel sont confrontés les membres du Raid, c'est la sécurisation de l'endroit. "Ce n'est pas facile à faire dans ces circonstances, car on veut bénéficier l'effet de surprise. On prend toutes les précautions pour arriver en toute discrétion", révèle l'ex membre du Raid. Les rues envahies de riverains, "c'est un problème". "Un périmètre est mis en place quand c'est possible, mais encore une fois c'est difficile de le faire discrètement.", poursuit François El Bahri.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/