1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Armée : Macron "assume totalement" l'éviction de De Villiers
2 min de lecture

Armée : Macron "assume totalement" l'éviction de De Villiers

Dans une interview fleuve au "Point", le chef des armées a rassuré ses troupes et promis qu'elle "demeurera(it) la première armée européenne".

Emmanuel Macron a recadré le général Pierre de Villiers le 13 juillet.
Emmanuel Macron a recadré le général Pierre de Villiers le 13 juillet.
Crédit : MATTHIEU ALEXANDRE / POOL / AFP
Ludovic Galtier
Ludovic Galtier

Les questionnements autour du budget de la Défense ont alimenté la chronique au début de l'été. Le chef des Armées "assume totalement" la crise qui a entraîné la démission du chef d'état major Pierre de Villiers, remplacé par François Lecointre. "Les armées ne font pas ce qu'elles veulent, elles ne sont pas autopilotées", lâche-t-il, considérant que cette affaire a été "une tempête dans un verre d'eau".

Auditionné en commission à l'Assemblée nationale en juillet, l'ancien général avait exprimé sa colère après avoir appris la coupe de 850 millions d'euros dans le budget des armées. Selon les dires du militaire, la trajectoire budgétaire est "non tenable". Le président, qui avait pris soin de le recadrer à la veille du 14 juillet en lui rappelant qu'il était le "chef", a dissipé ses inquiétudes d'alors, en précisant que le budget 2018 "connaîtra une augmentation historique sans tomber dans l'adage qui consiste à dire qu'il "faut dépenser de plus en plus dans les affaires militaires pour être crédibles sur le plan des affaires diplomatiques."

"Aucune opération n'a été bloquée pour cela. Aucun de nos soldats n'a eu à en pâtir. On a simplement reporté des commandes de matériel. C'était une nécessité pour tenir nos engagements et cela n'a en aucune manière entravé notre capacité opérationnelle. Au bout du compte, pour nos armées, le budget exécuté correspondra au budget voté."

Budget de l'armée : 1,6 milliard par an en plus chaque année

Emmanuel Macron a ensuite précisé ses ambitions pour l'armée française. "Je veux que notre armée reste une puissance militaire singulière avec une vraie capacité de dissuasion. Elle demeurera la première armée européenne, la deuxième armée du monde libre (...) Nous allons rééquiper les armées, moderniser notre appareil de dissuasion. Durant le quinquennat qui vient, nous dépenserons 1,6 milliard par an en plus chaque année, avec comme objectif 2% de PIB à l'horizon 2025 pour le budget des armées. Nous allons augmenter les moyens du régalien, ceux de la justice, des armées et de la sécurité intérieure."

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/