2 min de lecture La République En Marche

Après le départ de Jean-Michel Clément, REM veut éviter une propagation de la fronde

Pas question que le départ de ce député frondeur donne des idées aux autres élus de la majorité. L'entourage de Richard Ferrand rappelle aux troupes la notion de "démocratie interne" qui règne au sein du parti.

Richard Ferrand, le patron des députés de la majorité, à l'Assemblée nationale le 21 mars 2018
Richard Ferrand, le patron des députés de la majorité, à l'Assemblée nationale le 21 mars 2018 Crédit : JACQUES DEMARTHON / AFP
Marie-Pierre Haddad
Marie-Pierre Haddad
Journaliste RTL

La République En Marche peut-elle échapper à une fronde parmi ses députés ? C'est la question qui plane au-dessus des têtes de Christophe Castaner, le secrétaire général du mouvement et Richard Ferrand, le chef de file des députés de la majorité. 

La loi asile et immigration est venue fissurer l'entente cordiale entre les membres du parti, fondé quelques mois avant l'élection présidentielle. Le député Jean-Michel Clément, ancien socialiste qui a rejoint le mouvement macroniste, a quitté le groupe à l'Assemblée nationale, après avoir voté contre le projet de loi.

"Afin d'éviter que mon vote nourrisse quelques interprétations ambiguës ou farfelues, d'où qu'elles viennent, j'ai décidé de me mettre en congé du groupe parlementaire La République En Marche à compter de ce jour", a-t-il indiqué. Il est le seul député REM a avoir voté contre le projet de loi. 14 autres se sont abstenus. 

Une solidarité entre les députés et les ministres ?

L'entourage de Richard Ferrand, cité par Le Figaro, indique que "sur chaque texte, il y a des débats en interne et une position est arrêtée démocratiquement. En votant contre un projet de loi, on ne respecte pas la démocratie interne du groupe et donc on s'autoexclut". 

À lire aussi
Agnès Buzyn, le 16 février 2020 élections municipales à Paris
Les infos de 18h - Municipales à Paris : Buzyn "sera une exceptionnelle maire", dit Philippe

Pour éviter le risque d'appel d'air avec le départ de Jean-Michel Clément, la ligne imposée par Emmanuel Macron est sans cesse rappelée : "Nous sommes la majorité et le gouvernement qui faisons ce que nous avions dit que nous ferons". Mais un projet du président de la République prédit dans le journal qu'"à un moment, il va falloir que l'on aille vérifier, au-delà des indicateurs économiques, que tout ce que nous engageons améliore véritablement la vie de nos concitoyens". 

Cependant la prudence est de mise au sein du parti. En juillet dernier, lors du vote des statuts du parti, un début de fronde s'était fait entendre, et aussitôt décrédibilisé par Christophe Castaner

La rédaction vous recommande
Lire la suite
La République En Marche Christophe Castaner Richard Ferrand
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants