2 min de lecture Vidéo

Apprentissage : "Il y a en France, une sorte de mépris social", juge Myriam El Khomri

REPLAY - REPLAY / INVITÉE RTL - La ministre du Travail estime qu'il faut 120.000 créations d'emplois chaque année pour inverser durablement la courbe du chômage.

Alba Ventura L'invité de RTL Alba Ventura iTunes RSS
>
Apprentissage : "Il y a en France, une sorte de mépris social", juge Myriam El Khomri Crédit Image : Ambre Lefèvre / RTL.fr | Crédit Média : RTL.fr | Date :
La page de l'émission
Claire Gaveau
Claire Gaveau
Journaliste RTL

Les Français demeurent sceptiques. Si seulement 15% des Français croient que le chômage va diminuer, selon un sondage OpinionWay pour Le Figaro, Myriam El Khomri se montre confiante : "On va tout faire pour leur montrer le contraire, il faut aller plus vite et plus loin". "On va rencontrer l'ensemble des groupes parlementaires, Premier ministre et président de la République. Nous avons mis en place le pacte de responsabilité, ce pacte a permis à la fois de réduire le coût du travail et il a permis de donner des marges aux entreprises", détaille-t-elle estimant qu'il y avait eu aujourd'hui 40.000 créations d'emplois.

Un chiffre en hausse bien qu'insuffisant pour inverser la courbe du chômage : "Après plusieurs années de destruction d'emplois, le défi de notre économie c'est la croissance démographique. Nous devons créer au minimum 120.00 créations d'emplois si nous voulons faire reculer le chômage", estime celle qui a succédé à François Rebsamen.

L'apprentissage, "la voie d'excellence"

Invitée de RTL, Myriam El Khomri a placé l'apprentissage en pôle position des mesures importantes pour lutter contre le chômage, notamment le chômage des jeunes. "Nous avons en France un chômage de pas ou peu qualifiés. L'apprentissage est une voie d'excellence. 70% des jeunes passés par l'apprentissage trouvent un emploi derrière", estime-t-elle appelant à la "révolution culturelle". "Nous avons en France, une sorte de mépris social en direction des métiers manuels et industriels", critique-t-elle.

"Il faut passer par une révolution culturelle. C'est métiers là sont des beaux métiers, dont nous avons besoin. Surtout que beaucoup d'emplois non pourvus sont dans les emplois manuels", lance la ministre du Travail.

Le référendum, une solution extraordinaire

À lire aussi
vieillesse
Métiers du grand-âge : "Beaucoup de responsabilités, peu de reconnaissance", déplore une aide-soignante sur RTL

Si Myriam El Khomri prône l'apprentissage contre le chômage, la direction de Smart a elle opté pour le référendum. La question posée aux salariés ? S'ils acceptaient de travailler 39 heures tout en étant rémunérés 37 heures. Un projet, largement accepté par les salariés, qui vise à sauvegarder les emplois jusqu'à 2020. "On peut toujours consulter les salariés mais j'estime qu'il y a des représentants légitimes des salariés, qui sont les syndicats et qu'il faut essayer de négocier, de trouver des accords collectifs", explique Myriam El Khomri qui "n'exclut pas le référendum" pour autant.

"Les consultations sont parfois nécessaires", selon la ministre du Travail "mais il est important de trouver par la négociation la capacité à nouer des compromis (...) Le dialogue social dans les entreprises n'est pas toujours à l'image du dialogue social sur le plan national". 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Vidéo Parti socialiste Emploi
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants