2 min de lecture Social

APL : aides au logement pas revalorisées, nouveau "manque à gagner" de 5 euros

Systématiquement revalorisée chaque année, l'APL sera gelée en 2018. Une mesure inscrite dans la loi de Finances, qui représentera un manque à gagner de 4,68 euros mensuels pour les allocataires, selon la fondation Abbé-Pierre.

>
Les APL ne seront pas revalorisés en octobre Crédit Image : AFP | Crédit Média : Anais Bouissou | Durée : | Date :
Léa Stassinet
Léa Stassinet
et Anaïs Bouissou

La mesure était passée inaperçue jusqu'à ce 18 juin. Révélée sur Twitter par Manuel Domergue, directeur des études de la Fondation Abbé Pierre et repérée par BFMTV, elle cible encore une fois les bénéficiaires de l'Aide personnalisée au Logement (APL), déjà touchés par une baisse des aides au logement de 5 euros en octobre dernier. 

Mais que prévoit exactement la disposition inscrite dans le Budget 2018 ? Tout simplement de geler le montant des allocations au logement, qui sont habituellement revalorisées tous les ans au mois d'octobre. En effet, ces aides au logement, qui atteignent en moyenne 260 euros par mois selon les calculs de BFMTV, sont révisées en fonction de l'indice de références des loyers, l'IRL. Ce dernier correspond à "l'inflation moyenne des douze derniers mois (hors tabac et loyers)", précise la chaîne d'informations. 

Et cette année, il devrait augmenter de 1,8% ce qui aurait dû ajouter 4,68 euros mensuels à l'APL touchées par les bénéficiaires. Mais la décision prise par le gouvernement et votée dans sa loi de Finances 2018 va donc priver les allocataires de ce petit coup de pouce. 

Ce nouveau coup de rabot a de quoi surprendre, sachant que plusieurs voix s'étaient élevés au sein de la majorité pour dénoncer la baisse de l'APL décidée par le gouvernement il y a 8 mois. "On a pris des décisions l'été dernier qui étaient de mauvaises décisions, de réduire comme cela par un coup de rabot, 5 euros par mois sur ce montant des APL", avait par exemple déclaré sur France 3 Julien Denormandie, secrétaire d'État auprès du ministre de la Cohésion des territoires.

À lire aussi
Le Premier ministre Edouard Philippe lors du Congrès de défense écologique le 23 mai 2019 grève SNCF
Retraites : Édouard Philippe est face "à l'Himalaya du scepticisme", selon Mazerolle

Le Premier ministre Édouard Philippe avait pour sa part considéré la mesure "pas intelligente". Le président du groupe La République en Marche Richard Ferrand avait lui estimé que c'était "une connerie" mais "inévitable" car selon lui, le gouvernement "n'avait pas de quoi payer les APL jusqu'à la fin de l'année 2017". 

"Toutes les décisions (...) ont été votées en toute transparence"

Jacques Mézard
Partager la citation

Il n'y a "rien de caché", a déclaré mardi Jacques Mézard, ministre de la Cohésion des Territoires, soulignant qu'il figurait dans le budget 2018. "Il n'y a absolument rien de caché", s'est agacé mardi M. Mézard, lors d'un entretien avec des journalistes en marge de la signature d'une convention entre le ministère et le réseau Procivis, spécialiste de l'acquisition à la propriété. "Toutes les décisions (...) ont été votées en toute transparence", a-t-il insisté, soulignant au passage qu'"il ne s'agit pas d'une baisse (...) mais tout simplement d'une non-augmentation." 

Cette nouvelle mesure, qui devrait toucher "les très pauvres et les familles nombreuses", selon le directeur des études économiques de la Fondation Abbé Pierre, va-t-elle provoquer une seconde levée de boucliers ?

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Social Gouvernement Allocations familiales
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants