1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Quatre résistants "Panthéonisés" : ça manque de signification
1 min de lecture

Quatre résistants "Panthéonisés" : ça manque de signification

CHRONIQUE - Le président de la République l'a annoncé vendredi : les cendres de quatre résistants seront prochainement transférés au Panthéon, ce temple républicain qui célèbre les grands hommes et les grandes femmes de la République. Pourquoi eux ?

Le Panthéon, à Paris, contient les restes de grandes personnalités françaises.
Le Panthéon, à Paris, contient les restes de grandes personnalités françaises.
Crédit : AFP / Loïc Venance
Quatre résistants "Panthéonisés" : ça manque de signification
02:29
Quatre résistants "Panthéonisés" : ça manque de signification
02:36

François Hollande a annoncé officiellement vendredi dernier le transfert au Panthéon en mai 2015 des cendres de quatre figures illustres de la Seconde Guerre mondiale, deux femmes et deux hommes, incarnations de "l'esprit de résistance".

Le choix du chef de l'État s'est porté sur Germaine Tillion, ethnologue et résistante, et Geneviève de Gaulle-Anthonioz, ancienne présidente de ATD Quart Monde et nièce du général de  Gaulle, qui toutes deux furent déportées à Ravensbruck. Le président a aussi choisi Pierre Brossolette, journaliste et résistant, et Jean Zay, ministre de l’Éducation du Front populaire assassiné en juin 1944 par des miliciens.

Cette "Panthéonisation" est très discutable. Des résistants admirables, il y en a eu des centaines. Pourquoi distinguer ceux-là ? Personne n'en vraiment l'explication. L'action de la Résistance a déjà été honorée dans les années 60 lors du transfert des cendres de Jean Moulin au Panthéon. Pourquoi y revenir aujourd'hui ? Qu'est-ce qui le justifie ? Quelle actualité ? Là non plus, on n'aura pas d'explication.

Avant, la "Panthéonisation" concernait tous les secteurs de la société française (sciences, littérature, cinéma, action sociale...). Si, en ces temps où la pauvreté progresse, François Hollande avait décidé de faire rentrer les cendres de l'abbé Pierre, cela aurait eu de l'allure. On a l'impression qu'il n'y a eu dans l'Histoire de France que des pages honorables dans la Résistance !

À lire aussi

On ne peut parler de faute ou d'erreur. Il faut juste dire que faire rentrer quatre résistants au Panthéon en 2014, ça manque de signification. Ce qui est toujours embêtant quand il s'agit d'un devoir de mémoire.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/