1 min de lecture Information

L'intervention de DSk, la malhonnêteté de Marianne 19/09

DSK a parlé. Marianne a écrit. Analyse.

Dominique Strauss-Kahn est sorti de son silence. Dans quel but ? Pour quelle raison ? On ne l’a finalement pas bien compris.

Il semble vouloir renouer avec la vie publique. Le chemin sera pourtant bien long avant qu’il y parvienne. Son long passage sur l’euro avait quelque chose d’absolument lunaire. Conseiller aux Etats de l’euro de « prendre ses pertes », comme on le dit en Bourse après une mauvaise affaire, tient plus du propos de bistrot que du conseil du spécialiste. Bon courage à celui qui ira expliquer aux Allemands, aux Hollandais, aux Espagnols qui n’ont pas besoin de cela, qu’ils doivent inscrire dans leur bilan une partie de la dette grecque. Totalement à côté de la plaque. Une métaphore, au fond, du décrochage de l’étoile DSK.

Que dire de l’autre versant de l’intervention télévisée d’hier soir ? DSK a confessé une faute morale sans que l’on comprenne à quoi exactement elle se rattache. Tout cela était flou, et d’une certaine façon bizarre. Le silence eut été préférable à cette prise de parole prématurée et mal venue.

Seule note politique qui restera : la mention d’un pacte entre DSK et Martine Aubry. Cette dernière a longtemps nié l’existence d’un accord pour savoir lequel des deux serait finalement candidat à la présidence de la République. Le reconnaître équivalait à avouer que sa candidature aux primaires était une candidature par défaut. L’affirmation de DSK hier soir place Martine Aubry dans une situation embarrassante. Le démentir équivaut à le traiter de menteur. La pire horreur que l’on puisse suggérer aujourd’hui à propos de l’ancien directeur général du FMI. Et convenir du fameux « pacte » revient à torpiller sa propre candidature.

Pas facile à gérer pour Martine Aubry.

L’hebdomadaire Marianne cette semaine, page 32. Dans sa page média, l’hebdo présente un papier titré ainsi

Primaire du PS : selon les éditorialistes, c’est Hollande.

Et en sous-titre, ceci

François Hollande devrait se méfier. Hier, les grandes plumes politiques avaient pronostiqué la victoire de Lionel Jospin et d’Edouard Balladur. Aujourd’hui, ils plébiscitent la sienne. Danger.

Traduction assez fidèle: « les grandes plumes politiques » sont des cons, et Marianne vous le prouve.

Sont cité dans ce papier, les éditorialistes suivants : Franz-Olivier Giesbert du Point, Christophe Barbier de l’Express, Thomas Legrand de France Inter, Alain Duhamel de RTL, et donc moi-même, vous l’imaginez, sinon je ne vous parlerai pas de cet article.

Le papier est signé par Lisa Vignoli. Je ne connais pas cette journaliste mais je me souviens parfaitement de son coup de téléphone, voici au moins quinze jours. Charmante, polie, elle me demande, en se présentant pour Marianne, quel est mon pronostic pour la primaire du parti socialiste.

Je lui réponds que je ne souhaite pas exprimer un pronostic pour cette primaire, que je trouve, et depuis longtemps, les pronostics électoraux de journalistes terriblement arrogants, qu’il faut respecter les électeurs et les laisser s’exprimer. J’ajoute, lors de cet échange téléphonique, que l’analyse de la situation montre que François Hollande bénéficie aujourd’hui d’une certaine tendance favorable mais que la campagne des primaires peut bousculer ce qui apparait comme un avantage car justement, une campagne électorale sert à cela : modifier, ou conforter des situations.

Ayant dit cela, dont je me souviens parfaitement, je précise à Lisa Vignoli que, ne répondant pas à sa question sur le pronostic, je ne souhaite pas être cité. Et j’ajoute que je répondrai une autre fois avec plaisir à ces questions, ce qu’elle enregistre en prenant bonne note de son souhait.

Du coup, voir aujourd’hui que je figure à la page 32 de l’hebdomadaire dans l’interminable liste des « gros cons de journalistes qui se plantent tout le temps dans leur pronostic » m’agace un petit plus qu’un peu.

Mais il y a pire, car à l’irrespect de la parole donnée, au mépris de l’engagement pris, à l’inobservation méprisante du souhait de quelqu’un de ne pas prendre la parole publiquement sur un sujet donné, quelqu’un au passage qui n’a rien demandé mais que l’on a sollicité, l’hebdomadaire Marianne et sa journaliste ajoutent une malhonnêteté supérieure en me citant incomplètement à la seule fin de me faire rentrer dans la liste des « gros cons de journalistes qui se plantent tout le temps  dans leur pronostic».

Voici ce que me fait dire Marianne

Je pense que les éditorialistes ne doivent pas donner leur avis (sur l’issue d’un scrutin) . C’est terriblement arrogant et très mal reçu, quelle que soit notre opinion . Je ne l’ai jamais fait. Je constate en revanche que François Hollande a réussi à installer une certaine tendance en notre faveur.

Et ça s’arrête là. Point final. Aucune mention de ce qui suit et qui est important, et que j’ai exprimé à la journaliste lors de notre conversation téléphonique : la campagne électorale des primaires a justement pour objet de peser sur cette tendance, soit en la confortant, soit en la diminuant.

Si la journaliste avait ajouté cela, c’est-à-dire si elle avait correctement restitué mon propos, en oubliant même que je ne souhaitais pas être cité, ce qui est mon droit tout de même, alors je ne serai pas rentré dans le schéma pré-établi par l’hebdomadaire Marianne sur les éditorialistes qui ne font rien qu’à se tromper, quelle bande de nazes, et François, ils te soutiennent tous, c’est la cata’ pour toi. Donc, soit un rédac chef de l’hebdo, soit la journaliste, quelqu’un en tout cas a coupé les moustaches du raisonnement pour qu’il tienne dans le cadre.

Nous n’avons que l’embarras du choix pour qualifier ce type de procédé. Ce qui est certain, c’est qu’il s’apparente plus à une manipulation des faits qu’à du journalisme, qu’il dénote une absence totale de scrupules et une très profonde malhonnêteté intellectuelle.

Pour éviter la reproduction de cette situation, une seule solution : ne plus répondre, jamais, sous aucune forme, aux questions d’un journaliste de Marianne. Double bénéfice : cela fera des vacances pour tout le monde.


Lire la suite
Information
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants