1 min de lecture Information

Chypre : l’erreur fatale 18/03

L’euro était convalescent. Le voici en pleine et grave rechute, grâce à l’insondable bêtise des dirigeants européens.

1/ Bien sûr, il fallait aider Chypre qui menaçait de faire faillite.

2/ Chypre, c’est 0,2% du PIB de la zone euro. Pas la mer à boire quand on a prêté des milliards par centaines à la Grèce, au Portugal, à l’Irlande, ou à l’Espagne.

3/ Pris d’un accès de pingrerie, les dirigeants de l’eurogroupe ont décidé d’aider Chypre en en taxant les Chypitriotes. Ok pour vous prêter une dizaine de milliards, quelques centimes d’euros à l’échelle de la zone, à condition que vous-même vous apportiez quelques milliards, cinq, six, ou sept, trois fois rien six sous…

4/ Qui a eu la bonne idée, alors, de taxer tous les comptes bancaires chypriotes ? Tu as déposé ton argent à la banque, ami de Chypre ? Nous allons t’en piquer un peu, à peu près 10%, pour rembourser les erreurs de tes dirigeants. Ne pleure pas, ami chypriote, c’est pour la bonne cause, celle de l’Europe et de l’euro réunis.

5/ Les Chypriotes ont réagi comme auraient réagi n’importe quel Chypriote placé dans cette situation. Ca va pas, non ! Me piquer du pognon comme ça, sans en avoir jamais parlé, ni débattu ! Z’êtes dingues ou quoi ?

6/ Et les Chypriotes ont tenté, durant tout le week-end, de retirer leur argent dans les distributeurs, lesquels sont tombés en rade très vite. Et par peur de la panique qu’engendreraient des retraits massifs, les banques de l’île seront fermées aujourd’hui, peut-être demain aussi.

7/ Ailleurs en Europe, et notamment dans les pays de l’euro, l’exemple chypriote est regardé comme un précédent. De leur seule autorité, les responsables politiques peuvent donc décider de prendre de l’argent sur le compte en banque des particuliers. Pour parler simplement, il s’agit d’un vol, d’un racket, décidé sous le couvert de la loi et du désordre. Un vol qui peut se produire, selon les situations et le sentiment des nécessités, dans chacun des pays de la zone euro.

8/ Pour propager la méfiance et entraîner un mouvement de panique bancaire en chaine pas mieux. Pour alimenter le discours véhément des adversaires de la monnaie unique, pas mieux non plus. Pour enfoncer définitivement l’idée de coordination en Europe, pas mieux non plus.

9/ Est-il envisageable que les dirigeants qui ont pris une aussi mauvaise décision revienne dessus ? On l’espère, on le souhaite, on le demande. Mais sans doute est-ce une chimère. Dans l’affolement général, il semble bien que l’intelligence, et même le bon sens, aient totalement disparu de la scène européenne.

10/ La mort de l’euro n’est pas certaine. Mais depuis ce week-end, elle est devenue possible.



LIRE AUSSI : 

> Chypre : le plan de sauvetage expliqué en 7 point

Lire la suite
Information
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants