1 min de lecture Information

Ce n'est qu'un sondage, mais quand même...

On aurait pu parier que l'affaire DSK affaiblirait le PS, regonflerait Nicolas Sarkozy, ferait décoller Marine Le Pen. Et rien de tout cela ne se produit, ce qui prouve que la divination n'est pas une science exacte.

Etude BVA, RTL, presse régionale. Certes, les sondages se trompent tout le temps. Est-ce une raison pour ne pas en tenir compte? Non, bien sûr. Donc, étude BVA, réalisée par téléphone, allo bonjour, c'est BVA, auprès d'un échantillon représentatif de nous même de 960 personnes âgée de 18 ans et plus.

Pour faire court, pas le temps de faire long, ceci: Nicolas Sarkozy plafonne à 21-22%, Marine Le Pen stationne à 17%, et sans atteindre les sommets parce que le coeur n'y est de toutes les façons pas, François Hollande ou Martine Aubry font la course en tête avec un score compris entre 25 et 27%

Le plus intéressant du sondage est ailleurs, même si tout ceci doit être pris avec beaucoup de précautions, de distance, et tout ce que vous voulez. Comment se ventile au second tour les électeurs qui n'ont choisi ni Nicolas Sarkozy, ni le candidat socialiste? Tous ces électorats, sans exception, qu'il s'agisse de Borloo, Hulot, Le Pen, Villepin, Mélechon, tous se reportent majoritairement sur l'électorat socialiste.

Pourquoi est-ce intéressant? Parce que le refus de reconduire Nicolas Sarkozy dans ses fonctions semble aujourd'hui dominant dans l'opinion publique. Tel est l'enseignement principal, et le seul valable au fond, dans ce sondage. Cette photographie de l'opinion publique à l'instant précis où elle est effectuée dit très précisément ceci. Peut-être la campagne électorale elle même modifiera-t-elle ce sentiment. Peut-être le candidat Sarkozy saura-t-il trouver à nouveau les mots pour convaincre. Peut-être aussi son adversaire socialiste échouera à conserver son potentiel. Mais aujourd'hui, car ce n'est que de cela qu'il s'agit, l'envie de tourner la page, de changer de président, est très forte dans l'opinion publique française.

D'où le résultat d'un second tour testé par BVA: Aubry 59% Sarkozy 41%; ou encore: Hollande 62% Sarkozy 38%.

Voilà l'enseignement du jour. A demain pour de nouvelles aventures.

Lire la suite
Information
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7771228561
Ce n'est qu'un sondage, mais quand même...
Ce n'est qu'un sondage, mais quand même...
On aurait pu parier que l'affaire DSK affaiblirait le PS, regonflerait Nicolas Sarkozy, ferait décoller Marine Le Pen. Et rien de tout cela ne se produit, ce qui prouve que la divination n'est pas une science exacte.
https://www.rtl.fr/actu/politique/aphatie-ce-n-est-qu-un-sondage-mais-quand-meme-7771228561
2011-05-24 09:22:00