2 min de lecture Vidéo

Anne Hidalgo : "La déchéance de nationalité n'est pas efficace et divise le pays"

Anne Hidalgo est toujours défavorable à la déchéance de nationalité pour les terroristes binationaux, une mesure "inefficace" contre le terrorisme, selon elle.

Benjamin Sportouch - Le Grand Jury Le Grand Jury Benjamin Sportouch iTunes RSS
>
Le Grand Jury du 24 janvier avec Anne Hidalgo, maire de Paris - 1ère partie Crédit Image : RTL / Romain Boé / SIPA PRESS | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
James Abbott
James Abbott

La maire de Paris, Anne Hidalgo (PS) avait dit par le passé que la question de la déchéance de nationalité la mettait "en rage" et reste sur ses positions aujourd'hui. Elle a répété ce dimanche 24 janvier dans Le grand jury RTL-Le Figaro-LCI, que la déchéance de nationalité "n'est pas une mesure efficace" contre les terroristes.

"J'ai fait part de mon point de vue à François Hollande, j'ai même fait une proposition avec Jean-Pierre Mignard sur l'indignité nationale qui me paraît être la bonne réponse." Elle reconnaît que cette
mesure n'est pas plus efficace, mais qu'elle 'permet au peuple Français de dire : 'Ces personnes ne font partie de notre collectivité humaine'."

On souhaite que les terroristes soient déchus de leurs droits civiques

Anne Hidalgo
Partager la citation

Si elle rappelle que le fait que des terroristes qui visent la France soient sanctionnés "ne choque personne", la maire de Paris affirme que ce n'est "pas possible" d'introduire une distinction entre les Français nés Français et les binationaux. "On souhaite que ces gens-là soient condamnés de la manière la plus forte possible, y compris dans la déchéance de tous leurs droits civiques."

"On n'a pas besoin de diviser le pays, poursuit-elle. Je suis d'accord sur la constitutionnalisation et la prolongation de l'état d'urgence. Mais je ne suis pas pour qu'on aille sur ce terrain (de la déchéance de nationalité)."

J'en ai ras la casquette de la façon dont la vie politique est orchestrée et débattue

Anne Hidalgo
Partager la citation
À lire aussi
Anne Hidalgo
Paris : un foyer pour les enfants victimes d'inceste d'ici un an

Pourtant, les Français seraient largement favorables à cette mesure de déchéance de nationalité selon les sondages, mais Anne Hidalgo n'en tient pas compte, et répond de manière surprenante : "L'opinion ça se travaille, si vous posiez la question sur la peine de mort vous aurez de mauvaises surprises", explique-t-elle à Élizabeth Martichoux qui dirigeait le débat.

La maire de Paris exprime en tout cas une certaine lassitude de devoir discuter de ce sujet. "Ça fait un mois qu'on est en train de parler de ce sujet-là, souffle-t-elle. (...) J'en ai ras la casquette de la façon dont la vie politique est orchestrée et débattue."

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Vidéo François Hollande Réforme constitutionnelle
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants