3 min de lecture Attentats à Paris

L'armement des policiers parisiens "n'est plus tabou" selon Anne Hidalgo

INVITÉE RTL - La maire de Paris a annoncé que plusieurs mesures de sécurité supplémentaires seraient prises dans la capitale, deux semaines après les attentats du 13 novembre.

Calvi-245x300 6 minutes pour trancher Yves Calvi
>
L'armement des policiers parisiens "n'est plus tabou" selon Anne Hidalgo Crédit Image : Romain BOE / Abaca Press pour RTL | Crédit Média : Yves Calvi | Durée : | Date : La page de l'émission
Aymeric Parthonnaud
Aymeric Parthonnaud
et Camille Kaelblen

“C’était comme se replonger dans un cauchemar, avec un nombre de victimes plus important encore que lors des attentats de janvier”. Anne Hidalgo, la maire de Paris, ne cache pas l’émotion qu’elle a ressentie après les attentats du 13 novembre.“Souvent, quand on se revoyait avec le procureur avec qui j’avais vécu les attentats de Charlie Hebdo, on se souvenait du visage qu’on avait à ce moment-là. Là, on s’est regardés à nouveau, très vite on a compris. On n'a pas eu besoin de parler”, confie-t-elle, avant d’exprimer sa stupeur face à la jeunesse des victimes. “Cette génération est une génération extraordinaire, très créative, à la fois optimiste et en quête de sens”, affirme-t-elle.
La maire de Paris souhaite désormais que toutes les plaies soient “pansées”, et que des mesures de sécurité supplémentaires soient prises. “Les mesures qui avaient été prises avec le plan “Sentinelle” et l’arrivée de militaires a été encore renforcé. Avec le ministre de l’Intérieur, le préfet de police et le gouverneur militaire de Paris, on a immédiatement travaillé sur la sécurité”. Concrètement, ces mesures de sécurité passent par un apport de militaires et de policiers dans la capitale ainsi que par la mise en place de patrouilles mobiles. 

Gilets pare-balles et visiophones

“On a aussi pris des mesures pour les bâtiments scolaires, les crèches”, explique Anne Hidalgo. Des mesures qui consistent par exemple à installer des visiophones, “pour permettre à ces établissements de pouvoir rester fermés et de regarder ce qu’il se passe à l’extérieur”, mais aussi des portes d’une solidité suffisante.
Autre mesure qui devrait être discutée par la mairie de Paris : l’armement des agents de surveillance de la voie publique (SVP). “Une question qui n’est pas totalement taboue”, estime Anne Hidalgo, “mais sachant que l’armement nécessite de l’habilitation et de la formation”, précise-t-elle. Les agents de surveillance ont d’ores et déjà été équipés de gilets pare-balles. La maire de Paris estime que le maintien de la COP21 “est une bonne chose”. Elle déconseille cependant aux franciliens de prendre leur voiture dimanche 29 et lundi 30 novembre, “car pour des mesures de sécurité, les restrictions de circulation vont être très importantes”, explique-t-elle.

Un hommage aux victimes

Deux semaines jour pour jour après les attentats de Paris et de Saint-Denis, la France rend un hommage "national et solennel", vendredi 27 novembre aux Invalides, aux 130 morts et quelque 350 blessés dénombrés lors de ces attaques jihadistes. Plus de 2.000 personnes sont attendues dans la cour d'honneur pour cette cérémonie présidée par François Hollande, à commencer par les familles des victimes et des blessés. L'Élysée a souhaité une cérémonie de près d'une heure, "sobre, grave et solennelle".  

Ces personnes prendront place dans une vaste tribune érigée dans le sens de la longueur de la cour, aux côtés des membres du gouvernement et de représentants de "l'ensemble des autorités de l'État prévues par le protocole de la République", a précisé présidence. Ont été conviés parlementaires, corps constitués, anciens présidents de la République et Premiers ministres, représentants des partis politiques, du corps diplomatique et des services de secours et de police intervenus lors des attentats. Le président de la République fera son entrée aux Invalides à 10h30 précises. Après les honneurs militaires qui lui seront rendus par un détachement de la Garde républicaine et une Marseillaise, les noms des 130 personnes tuées dans les attentats seront égrenés. 

À lire aussi
L'invité de RTL Soir du 11 novembre 2019 Attentats à Paris
Attentats du 13 novembre : sur RTL, François Molins se souvient d'une "spirale infernale"

Puis le chef de l'État prendra la parole pendant une vingtaine de minutes pour "rendre hommage aux personnes décédées et blessées et, à travers elles, à la génération qu'elles représentaient", explique-t-on à l'Élysée. "Même s'il y a une grande diversité d'âges, d'origines et de parcours, ce qui ressort, c'est leur jeunesse", 35 ans en moyenne, souligne un proche du président.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Attentats à Paris Anne Hidalgo Maire de Paris
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants