3 min de lecture Manuel Valls

Alba Ventura : "Valls bouscule la gauche en s'attaquant à des totems"

REPLAY - Manuel Valls ne résiste jamais à l'idée de faire bouger les lignes. Pour le Premier ministre, le risque vaut le coup, surtout si cela lui permet d'être celui qui incarne la réforme.

L'Edito Politique - Olivier Bost L'Edito politique Olivier Bost iTunes RSS
>
Alba Ventura : "Valls bouscule la gauche en s'attaquant à des totems" Crédit Image : Alba Ventura | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
L'invite´ de RTL - Alba Ventura
Alba Ventura Journaliste RTL

En quelques jours, Manuel Valls vient de bousculer sa gauche sur des dossiers sociaux brûlants, comme l'indemnisation du chômage, la flexibilité ou encore les seuils sociaux. Si ce sont des ballons d'essai, il y a récidive. Il y a trois semaines, le ministre du Travail François Rebsamen estimait que le contrôle des chômeurs était"une nécessité".

Cette fois, c'est le Premier ministre qui explique à l'étranger qu'il faudrait revoir l’indemnisation des chômeurs - que peut-être une indemnisation sur deux ans à taux plein, ce n'est pas forcément la meilleure idée. Pour lui, cela mérite d'être discuter.

Une voix presque sans issue

En un mois, le gouvernement vient quand même de bousculer un énorme tabou à gauche. Certes, François Rebsamen a rangé son idée dans le tiroir. Mais on voit bien que Manuel Valls, lui, a de la suite dans les idées. Ce n'est d'ailleurs pas surprenant de sa part.

Si Manuel Valls s'écoutait, il aurait envoyé "valser" les 35 heures. Il aurait sans doute reculé l'âge de la retraite, et même fait la TVA sociale. Manuel Valls qui bouscule les tabous de la gauche, ce n'est pas une nouveauté. Ce qui est plus nouveau, c'est que Manuel Valls, Premier ministre, secoue la gauche à ce point sur des sujets aussi explosifs.

Valls avance des idées qui étaient portées par la droite

Alba Ventura
Partager la citation
À lire aussi
Manuel Valls chahuté à Barcelone élections municipales
VIDÉO - Manuel Valls entre en campagne à Barcelone, et croit à une "remontada"

On ne voit pas bien comment tout cela peut passer, parce qu'il avance des idées qui étaient portées par la droite. Ainsi, c'est Laurent Wauquiez qui voulait proposer des heures de travail d'intérêt général aux bénéficiaires du RSA.

Cela va être compliqué pour le Premier ministre, compte tenu d'abord de sa majorité. Ça n'a d'ailleurs pas tardé à réagir. Claude Bartolone, le président de l'Assemblée, et Jean-Christophe Cambadelis, le patron du PS, ont dit en cœur : "Le sujet n'est pas sur la table".

On a vu l'embarras du très "hollandais" Stéphane Le Foll, qui s'en est remis aux prochaines discussions entre partenaires sociaux. Justement, les syndicats auront leur mot à dire, et on les entend déjà grogner.

Pour Manuel Valls c'est pratiquement une voix sans issue.

Au nom du réalisme

Chez Manuel Valls, il y a plus que de la détermination : il y a de l'obstination. Il est persuadé d'avoir raison, au nom du réalisme. Il pense qu'il va falloir un jour déplafonner les allocations familiales, comme il pense que le système d'indemnisation des chômeurs ne peut pas rester en l'état.

Il pense surtout que le logiciel socialiste est périmé. C'est bien pour cela qu'il a diffusé ses idées là où les politiques économiques et sociales ont bougé : à Berlin, devant des sociaux-démocrates qui ont voté les réformes douloureuses de Schroeder, ou à Londresdevant des travaillistes qui ont pris le virage de Blair.

Pour lui, le logiciel socialiste est périmé

Alba Ventura
Partager la citation

On est en France : c'est tout le problème de Manuel Valls. C'est aussi la raison pour laquelle sa parole porte encore auprès des Français. Il n'est pas dans les clivages politiques traditionnels.

Le Premier ministre est face à une équation politique impossible. C'est à se demander s'il ne cherche pas à se faire "virer" ou, si vous préférez, à être empêché. Empêché, mais en ayant incarné la réforme. En l'ayant incarnée tellement fort, que le jour où tous les autres auront échoué, c'est vers lui que se tourneront les Français.

C'est un pari extrêmement risqué. Mais connaissant Manuel Valls, il en est capable.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Manuel Valls Social Chômage
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants