3 min de lecture Serge Dassault

Alba Ventura : "Serge Dassault et le mystère de la chambre haute"

CHRONIQUE - La polémique enfle après le refus du Sénat, chambre passée à gauche depuis septembre 2011, de lever l'immunité parlementaire du milliardaire UMP Serge Dassault.

>
Serge Dassault et le mystère de la chambre haute Crédit Image : AFP / Eric Piermont | Crédit Média : RTL | Date :
L'invite´ de RTL - Alba Ventura
Alba Ventura Journaliste RTL

Le sénateur UMP Serge Dassault a de nouveau échappé, de justesse, à la levée de son immunité parlementaire. Le bureau du Sénat a rejeté mercredi 8 janvier 2014 une demande en ce sens de la justice qui enquête sur des suspicions d'achats de votes à Corbeil-Essonnes, dans l'Essonne.

Lettre d'invitation à une partie de chasse

Serge Dassault est-il protégé ? A trois mois des élections municipales, c'est le sentiment que laisse cette décision. Cela fait deux fois que le Sénat dit "non" à la justice. C'est comme s'il y avait une forme d'obstruction. Comme si le Sénat ne voulait pas que les juges du pôle financier de Paris puissent mener à bien leur enquête sur Serge Dassault.

Il faut dire que l'homme n'est pas n'importe qui. L'Empire Dassault, cinquième fortune de France. Dassault Aviation : l'homme du Rafale que François Hollande essaie de vendre. Dassault, le patron du journal Le Figaro. Un Sénat de gauche qui le met à l'abri, pour un temps, de poursuites judiciaires : avouons que c'est assez spectaculaire. Même si dans cette affaire, on peut pointer du doigt la droite et la gauche.

On dira que Serge Dassault a 88 ans, que c'est un vieux monsieur. Le Sénat a peut-être agi par humanisme. Mais comme il n'y a pas d'explication claire sur cette décision, on est obligé d'envisager le pire : "Petits arrangements entre amis". Surtout quand on apprend que Serge Dassault a fait passer une gentille petite lettre à chacun des membres du bureau du Sénat. Certains ont même été invités à la chasse. Le Sénat avait moins barguigné en 2012 pour lever les immunité des socialistes Jean-Noël Guerini et Robert Navarro.

L'immunité, un verrou pour le parlementaire

À lire aussi
L'hommage de Serge Dassault aux Invalides décès
Serge Dassault : ses obsèques célébrées aux Invalides

Certes, l'immunité est faite pour protéger les politiques. Mais ce n'est pas fait pour que les parlementaires ne répondent pas aux juges quand le dossier est sérieux. A l'origine (ça remonte à la Révolution), c'était pour que les parlementaires se protègent du Roi contre des mesures d'intimidation. Aujourd'hui, c'est toujours une "protection" : c'est fait pour que les parlementaires ne soient pas empêchés d'exercer le mandat que leur ont confié les électeurs. C'est une sorte de verrou, parce qu'un élu du peuple est plus exposé qu'un citoyen lambda.

Est-ce qu'on peut considérer que l'on n'est pas un justiciable comme les autres, lorsque l'on est soupçonné d'achat de vote, de corruption, de blanchiment ou d'abus de biens sociaux... Voilà vingt-cinq ans que l'on parle de supprimer l'immunité parlementaire. C'est un débat sans fin, qui existe aussi autour de la question de l'immunité du président de la République. Regardez Jacques Chirac, jugé quinze ans après les faits, ça ne veut plus rien dire.

Un mauvais service à la politique

Avant de parler de suppression, il faudrait surtout en finir avec les conclaves à l'Assemblée ou au Sénat. Il faut soi-disant plus de transparence. Chiche ! Franchement, ce côté conclave ultra-confidentiel, ce bureau du Sénat où l'on se retrouve en petit comité, où l'on consulte un dossier qui ne doit pas sortir de la pièce, où les voix sont anonymes, le vote secret (on ne saura jamais qui est le sénateur de gauche qui a voté contre la levée de l'immunité de Serge Dassault) tourne à l'opacité. On se croirait au Vatican, chargé d'examiner le cas d'un évêque qu'on déciderait d'excommunier ou pas. 

Ce qui va au final rester de cette affaire, c'est une image désastreuse de la politique. Cela va renforcer le côté anachronique de la chambre haute qui, le même jour, a rejeté le non-cumul pour ses membres. Ce qui est bon pour les députés n'est pas bon pour les sénateurs !

Ça va renforcer l'idée que les politiques se protègent entre eux, qu'ils se pensent au-dessus des lois. Cet épisode, malheureusement, correspond à la caricature que les Français se font de la politique. C'est le plus mauvais service que les élus pouvaient se rendre à eux-même, en pleine année électorale.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Serge Dassault Info Politique
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7768645054
Alba Ventura : "Serge Dassault et le mystère de la chambre haute"
Alba Ventura : "Serge Dassault et le mystère de la chambre haute"
CHRONIQUE - La polémique enfle après le refus du Sénat, chambre passée à gauche depuis septembre 2011, de lever l'immunité parlementaire du milliardaire UMP Serge Dassault.
https://www.rtl.fr/actu/politique/alba-ventura-serge-dassault-et-le-mystere-de-la-chambre-haute-7768645054
2014-01-09 11:13:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/4kOU6XFui7iCUR4XV7SoXw/330v220-2/online/image/2014/0109/7768645637_le-senateur-ump-serge-dassault-a-de-nouveau-echappe-mercredi-de-justesse-a-la-levee-de-son-immunite-parlementaire.jpg