2 min de lecture Info

Alba Ventura sur l'opération de Hollande : non, la prostate ce n'est pas la rougeole

CHRONIQUE - On a appris mercredi que François Hollande avait subi une opération de la prostate plus d'un an avant son élection à la présidence de la République. La classe politique condamne unanimement une violation du secret médical. A juste titre ?

La révélation de l'opération de François Hollande pose la question des frontières entre vie publique et vie privée des chefs d'Etat
La révélation de l'opération de François Hollande pose la question des frontières entre vie publique et vie privée des chefs d'Etat Crédit : AFP / Martin Bureau
Alba Ventura
Alba Ventura Journaliste RTL

"Le président de la République François Hollande confirme qu'au mois de février 2011, il a été hospitalisé quelques jours dans un service d'urologie du CHU Cochin pour une hypertrophie bénigne de la prostate", a indiqué l'Élysée mercredi matin.

Quand on entend "prostate", l'imagination galope vite

A droite comme à gauche, les politiques ont regretté une violation du secret médical. Certes, François Hollande n'était pas Président à l'époque. C'était un Français qui se faisait opérer comme des dizaines de milliers d'autres d'une hypertrophie de la prostate. Donc formellement, il n'y avaitaucune raison de le déclarer dans le bulletin de santé du Président

Sauf que lorsque les députés se mettent à brocarder les journalistes en parlant de rougeole, d'appendicite ou de panaris, ils se trompent de sujet. Ils racontent des histoires. La prostate, ce n'est pas la rougeole. La prostate, c'est un fantasme. Quand on entend "prostate", l'imagination galope vite. C'est un symbole qui dépasse François Hollande, à qui on peut faire crédit de dire la vérité.

La prostate, c'est la tumeur retirée au Général de Gaulle, c'est l'opération de George Clemenceau, c'est une ablation pour René Coty. Mais c'est surtout c'est la maladie cachée de François Mitterrand. Symboliquement, ce sont des décennies de mensonges sur la maladie présidentielle. C'est Georges Pompidou qui a doublé de volume dans les derniers mois de sa présidence, alors qu'on parlait de "mauvaise grippe". C'est l'AVC soi-disant bénin de Jacques Chirac. La prostate, c'est le soupçon qu'il s'est passé quelque chose de grave et qu'on nous l'a caché.

Double interrogation

À lire aussi
Giuseppe Conte le 28 juin 2018, à Bruxelles Italie
Le Premier ministre italien Giuseppe Conte a remis sa démission

François Hollande a bien sûr droit au secret médical, tant qu'il n'est pas en fonction. D'ailleurs en toute bonne foi, puisque lui sait pourquoi il a été opéré. C'est sans doute pour cela qu'il n'a rien dit. Mais cela pose deux questions. D'abord, comment François Hollande pouvait-il imaginer qu'on ne sache pas un jour qu'il avait subi une opération. Donc pourquoi ne l'a t-il pas anticipé ?

Deuxième interrogation : jusqu'où  met-on le curseur de la transparence ? Est-ce que tout ce qui arrive avant l’Élysée n'existe pas ? Ou bien faut-il, en devenant Président, faire état de ses ennuis de santé ? Il ne s'agit pas publier son carnet de santé, ni de publier de son taux de cholestérol.

La maladie d'un Président appartient aussi aux Français

Si c'est une "grosse prostate" comme disent les médecins, on le dit et c'est fini. Fermez le ban. Mais si ca avait été (ce n'est pas le cas, on est d'accord) un cancer de la prostate, soigné, a priori guéri, alors les Français ont le droit de le savoir, parce qu'il s'agit du président de la République. La maladie d'un Président appartient aussi aux Français.

Encore une fois, rien n'obligeait François Hollande de parler à l'époque de son opération de confort. On voit bien que l'on est sur le fil du rasoir. Chaque Président écrit ou réécrit son histoire médicale. Dans cette affaire, il n'y a à donner de leçons ni aux uns ni aux autres. Ce qui restera au-delà des indignations et des agacements, c'est que la transparence est toujours une arme à double tranchant. Et cela, on n'a pas fini d'en parler.

>
Non, la prostate ce n'est pas la rougeole ! Crédit Média : Alba Ventura | Durée : | Date :
La rédaction vous recommande
Lire la suite
Info Politique Polémique
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7767605484
Alba Ventura sur l'opération de Hollande : non, la prostate ce n'est pas la rougeole
Alba Ventura sur l'opération de Hollande : non, la prostate ce n'est pas la rougeole
CHRONIQUE - On a appris mercredi que François Hollande avait subi une opération de la prostate plus d'un an avant son élection à la présidence de la République. La classe politique condamne unanimement une violation du secret médical. A juste titre ?
https://www.rtl.fr/actu/politique/alba-ventura-non-la-prostate-ce-n-est-pas-la-rougeole-7767605484
2013-12-05 11:21:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/XrnS7EwEAfv5Mm7Q1HZAOg/330v220-2/online/image/2013/1205/7767606193_la-revelation-de-l-operation-de-francois-hollande-pose-la-question-des-frontieres-entre-vie-publique-et-vie-privee-des-chefs-d-etat.jpg