3 min de lecture Nicolas Sarkozy

Alba Ventura : "Nicolas Sarkozy, l'omniprésent"

CHRONIQUE - Difficile d'échapper à "l'ombre portée" de Nicolas Sarkozy. L'ancien chef de l'État a droit à deux sondages sur son avenir politique et fait la "une" de trois magazines.

>
Alba Ventura : Nicolas Sarkozy, l'omniprésent Crédit Image : Thomas Samson | Crédit Média : RTL | Date :
L'invite´ de RTL - Alba Ventura
Alba Ventura Journaliste RTL

Il y a peu encore, Nicolas Sarkozy multipliait les rencontres avec des politiques ou des personnalités (artistes, sportifs...). Mais depuis peu, l'ancien président recommence à voir les journalistes. Et ça défile ! C'est un signe qui ne trompe pas. Cela veut dire que le petit vélo est reparti dans son cerveau.

Quand Nicolas Sarkozy retrouve de l'appétit, la presse est vite au courant. Il a toujours entretenu un rapport particulier avec les médias. Ces derniers ont toujours été au centre de l'univers politique de Nicolas Sarkozy. Il fallait "traiter les journalistes", les recevoir, leur donner du "off" : leur distiller de petites confidences.

Nicolas Sarkozy a théorisé le lien avec les journalistes. Parce que tout passe par les médias. Parce que ce sont eux notamment qui délivrent les sondages.

Encore un rejet chez les Français

Mais les Français l'attendent-ils ? C'est en fait plus compliqué que cela. Ce que disent les sondages, c'est que les électeurs de droite l'attendent. Les Français, eux sont plus partagés. Le noyau dur est prêt. Il est "sarkozyste", et il n'ira pas ailleurs (chez Juppé ou chez Fillon) si Sarkozy est de retour pour de bon. La difficulté pour l'ex-président, c'est qu'il y a encore un rejet. Et comme le dit un ténor de l'UMP : "Dans une élection présidentielle, il faut faire 50% plus une voix".

L'autre difficulté, c'est que 2017 est encore loin et que Nicolas Sarkozy n'est pas encore revenu dans l'atmosphère. En tout cas, il est comme un lion en cage dans la savane. Visiblement, ses propos sont plus clairs que jamais. Si l'on en croit l'hebdomadaire Le Point, il a confié récemment que "la question n'est pas de savoir si je veux ou ne veux pas y aller. Je ne peux pas ne pas revenir. Je n'ai pas le choix. C'est une fatalité". Des propos immédiatement démentis par son cabinet.

À lire aussi
Laurent Gerra coronavirus
La chronique de Laurent Gerra du 27 avril 2020

Il est persuadé que les Français comptent sur lui. Il y a un côté : "Reviens Nicolas, reviens, parce que la France elle a besoin de toi". Et en tout cas, chez ses électeurs, il y a cette idée qu'il n'a pas été battu. Certes, il a perdu en 2012. Mais pas comme Giscard qui, finalement, a été renvoyé à ses chères études auvergnates et qui a dû repartir d'en bas, aux cantonales à Chanonat.  

Toujours un statut de président sortant

A droite, Nicolas Sarkozy a un statut très particulier. Pour ses troupes, il est un président en suspension. Il n'est plus président, mais on n'en voit pas d'autres que lui. C'est toute la différence avec un Jospin après 2002. Lionel Jospin, il est éliminé par sa défaite. Nicolas Sarkozy, il n'a jamais été éliminé, parce qu'il n'a jamais vraiment renoncé. Il n'a jamais prononcé les fameux mots, les mots définitifs (Carla y a veillé, d'ailleurs). Il n'a jamais dit : "J'ai décidé de me retirer de la vie politique".

Depuis qu'il a quitté l’Élysée, les Français ont régulièrement de ses nouvelles. Il entretient le désir. C'est le premier ancien président qui continue à écrire sa vie et à la raconter. Donc il est là, presque comme le président sortant de la droite. Il a réussi à préserver ce statut de président sortant, alors qu'il a été battu ! C'est pour ça que les sympathisants de droite ne le voient pas participer à des primaires. Il a le rang du dessus. Il est seul à ce niveau.

Tout cela en dit long sur l'absence de leadership à l'UMP. Parce que le triomphe virtuel de Nicolas Sarkozy enterre aussi les ambitions de ceux qui n'ont pas su (ou pu) encore prendre sa place.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Nicolas Sarkozy UMP Info
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants