3 min de lecture Assemblée nationale

Alba Ventura : "Marre des enfantillages à l'Assemblée nationale !"

REPLAY - Les débats - ô combien importants - sur le projet de loi sur la transition énergétique ont été pollués à l'Assemblée nationale par un affrontement autour de la langue française. Navrant.

L'Edito Politique - Olivier Bost L'Edito politique Olivier Bost iTunes RSS
>
Alba Ventura : "Marre des enfantillages à l'Assemblée nationale !" Crédit Image : Alba Ventura | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
L'invite´ de RTL - Alba Ventura
Alba Ventura Journaliste RTL

"Madame LE président" ou "Madame LA présidente" : c'est la question qui a agité l'Assemblée après un incident de séance, lundi 6 octobre. Un débat sérieux ? Tu parles... Un débat de haute volée qui a vu un député UMP, Julien Aubert, persister à appeler "Madame LE président" la présidente de séance, au nom du respect de la langue française. Un règlement interne à la chambre basse du Parlement dit que les fonctions sont féminisées. On dit une députée, une présidente, "Madame LA présidente".

On se demande comment on peut encore consacrer de précieuses minutes à ce genre chicaillas politiques. Quand on a 36 ans, comme le député Julien Aubert, on peut être à cheval sur la grammaire. Mais faut vivre avec son temps.

Le machisme en politique : une mauvaise tradition

C'est simplement du machisme. On est coutumier du fait à l'Assemblée, et même au Sénat. Souvenez-vous l'an dernier de l'épisode du "Poule Gate" : un député s'était mis à imiter la poule au moment où l'une de ses collègues s'exprimait dans l'hémicycle..
 
On pourrait citer aussi les sifflets à la robe à fleurs de Cécile Duflot, ou bien le "qui c'est cette nana ?" lancé à Laurence Rossignol, à l'époque sénatrice. On n'oubliera pas la "Pompadour", autant dire la favorite : c'était le surnom que les députés avaient trouvé à Édith Cresson, alors premier Ministre.

On sait bien qu'il y a souvent des débats houleux et du chahut à l'Assemblée

Alba Ventura
Partager la citation

Le machisme en politique a beau être une tradition, mais la tradition ça n'a pas toujours du bon. Et puis - pardon ! -, ce n'est pas rien la représentation nationale. On sait bien qu'il y a souvent des débats houleux et du chahut à l'Assemblée. Mais là, ça n'a rien à voir. C'est fait pour attirer l'attention et, au fond, pour montrer qu'une femme qui s'exprime à l'Assemblée ou au Sénat, cela reste toujours une curiosité.

Les débats occultés par la politicaillerie

À lire aussi
François Ruffin à l'Assemblée nationale. La France insoumise
François Ruffin écope d'une amende après des débats houleux à l'Assemblée

La sanction financière prise à l'encontre du député laisse circonspect. Evidemment, il y a flagrant délit de machisme. Mais quand on est présidente de séance, on n'est pas obligé de céder à toutes les provocations. Cela n'a d'ailleurs fait que rajouter au numéro de cirque de Julien Aubert.
 
Le résultat, c'est que ce député est privé du quart de son indemnité - un peu plus de 1.300 euros (un gros Smic, au passage) - parce qu'il s'est s'obstiné. Tout est un petit peu "disproportionné". Plus que tout, ce n'est pas à la hauteur des enjeux.

Les choses importantes disparaissent sous l'écume de toutes petites polémiques politiciennes

Alba Ventura
Partager la citation

Le débat du jour portait sur la transition énergétique. Doit-on fermer des centrales nucléaires ? Pour les remplacer par quoi ? En combien de temps ? Combien d'emplois en moins ou en plus ? Certains économistes expliquent que ce chantier va procurer de l'emploi pendant quarante ans. Ce n'est pas une petite affaire. On est quand même en train de parler de l'avenir énergétique du pays.
 
Tout ce débat est escamoté par une polémique ridicule et de la politicaillerie. Quel gâchis, et quel mauvais exemple de voir que les choses importantes disparaissent sous l'écume de toutes petites polémiques politiciennes.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Assemblée nationale Polémique
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants