2 min de lecture Vidéo

Alba Ventura : "Manuel Valls verrouille sa majorité"

CHRONIQUE- Manuel Valls ne va pas hésiter à couper les têtes des députés PS qui ne voteront pas son plan d'économies.

Manuel Valls et François Hollande, la relation "Rocard - Mitterrand" de 2014 ?
Manuel Valls et François Hollande, la relation "Rocard - Mitterrand" de 2014 ? Crédit : AFP / Éric Feferberg
L'invite´ de RTL - Alba Ventura
Alba Ventura Journaliste RTL

Face à la fronde d'une partie du Parti socialiste, Manuel Valls a lâché du lest sur les petites retraites, jeudi 24 avril. Cette mesure correspond à une demande formulée par le patron des députés socialistes, Bruno Le Roux. 

>
Comment le gouvernement fait rentrer les troupes dans le rang du PS Crédit Image : RTL | Crédit Média : Alba Ventura | Date :

Le Premier ministre a-t-il cédé ? Non. Il a organisé le verrouillage de sa majorité. C'est l'Opération Jivaro appelée ainsi en référence aux indiens Jivaro qui ont réduit les têtes qui dépassaient.

Leroux et Cambadélis au secours de Valls

Acte 1 : quand Bruno Le Roux a demandé jeudi 24 avril sur l'antenne de RTL à Manuel Valls de faire un geste sur les petites retraites. Il sait déjà que le Premier ministre a l'intention de le faire. Les deux hommes s'étaient mis d'accord la veille. Il fait donc semblant de lui demander une concession que le chef du gouvernement a déjà prévue. Bruno Le Roux peut ensuite dire aux députés : "Regardez comme Manuel Valls est de bonne volonté !"

Acte 2 : il s'organise avec un troisième homme. Le nouveau patron du PS, Jean Christophe Cambadélis, va organiser un bureau national pour ramener les moutons égarés. Il va fixer la ligne officielle du Parti socialiste sur le programme budgétaire de Manuel Valls. Comme si le PS pouvait ne pas approuver le plan du gouvernement. C'est cette ligne qui doit s'imposer aux députés socialistes.

Resserrer les rangs de la majorité

À lire aussi
Jean-Luc Mélenchon
Jean-Luc Mélenchon enfariné : le suspect en garde à vue

Le Premier ministre, le patron des députés PS et le patron du Parti Socialiste cernent les députés de la majorité. Ceux qui ne voteront pas sont déjà menacés d'exclusion. Avec cette méthode, les trois hommes espèrent dissuader les plus durs, mais certains députés, sont déjà dans le collimateur. Il va y avoir des exemples et une ou deux têtes au bout des piques. Il faut que la peur change de camp.

Tant pis si les socialistes ont déjà une très courte majorité à l'Assemblée, mais le mot d'ordre c'est  "reprise en main" : on ne peut pas s'être abstenu au moment de voter la confiance à Manuel Valls et, en plus, voter contre le programme budgétaire du gouvernement. Cela veut dire qu'on n'a plus rien à faire dans la majorité.

Le PS, un parti d'opposition ?

Manuel Valls est à la manœuvre, avec sa manière très autoritaire, en se maîtrisant pour ne pas être trop brutal. Une technique à l'opposé de celle de son prédécesseur, Jean- Marc Ayrault, le professeur d'allemand qui s'agaçait des méthodes du gouvernement mais qui laissait vivre une forme d'indiscipline

Lorsque Manuel Valls a appris que les députés s'étaient réunis le dimanche de Pâques pour présenter un plan alternatif à sa politique budgétaire, le Premier ministre les a convoqué deux jours plus tard à Matignon.

Mais cela n'empêchera pas certains socialistes de ne pas être d'accord. Mais, le but du jeu c'est d'avoir des parlementaires qui votent les textes même si, sur certains aspects, ils pensent le contraire. L'objectif est de ne pas avoir une majorité "godillots" et d'éviter que le PS ait l'air d'un parti d'opposition.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Vidéo Info Manuel Valls
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants