3 min de lecture Alba Ventura

Alba Ventura : "Du remaniement dans l'air"

REPLAY / ÉDITO - Il y a comme un parfum de remaniement dans l'air alors que les élections départementales de mars s'annoncent difficiles pour les socialistes.

L'Edito Politique - Olivier Bost L'Edito politique Olivier Bost iTunes RSS
>
Alba Ventura : "Du remaniement dans l'air" Crédit Image : Alba Ventura | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
L'invite´ de RTL - Alba Ventura
Alba Ventura Journaliste RTL

Le remaniement est une option. Mais vous savez, ça fait quelques années déjà que, dès qu'une élection se profile, on parle de remaniement. C'est toujours le même feuilleton, souvenez-vous en début d'année dernière. Ah ! Après les municipales, le Président va remanier. Non, il va attendre les Européennes. Ah non, ce sera trop tard, ils vont se prendre une grosse gifle. Donc ils vont tout changer en mars. Combien de fois l'avez-vous entendu ce scénario ?

Mais tout cela est tout à fait normal, car désormais chaque élection a une portée nationale. Tout scrutin est un enjeu national. Regardez, la moindre législative partielle, la moindre cantonale partielle est regardée comme un test grandeur nature.

On nationalise tout. Et je vais vous dire, c'est même le mot d'ordre de Manuel Valls pour les élections départementales qui arrivent. Le Premier ministre nous a confié qu'il allait faire une dizaine de déplacements, dont le premier en Ille-et-Vilaine à la fin du mois. Les ministres seront aussi invités à aller sur le terrain. Histoire de mobiliser au maximum, et d'éviter peut-être la catastrophe aux prochaines élections.

Un jeu d'échecs

C'est vrai que l'idée d'un remaniement circule dans les déjeuners en ville. Et pas seulement parce que le résultat risque d'être catastrophique ou encore parce que certains ministres sont sur le point de quitter le gouvernement pour faire campagne pour les régionales en décembre. Il y a aussi des raisons plus politiques, l'idée de rééquilibrer le gouvernement.

À lire aussi
Marion Maréchal à l'Institut de Sciences sociales économiques et politique (ISSEP) le 22 juin 2018 Marion Maréchal
La droite "est sensible à Marion Maréchal" devenue fréquentable, estime Alba Ventura

La question de l'entrée au gouvernement des membre de l'aile gauche du PS et des écologistes se pose, mais elle n'est pas simple. Dans un remaniement, on joue aux échecs, on élabore une stratégie en fonction du contexte. Faire entrer des frondeurs ou des amis de Martine Aubry, ce serait une façon de calmer le jeu avant le Congrès du PS qui aura lieu début juin et qui s'annonce toujours comme un moment de grande tension chez les socialistes.

Des concessions à faire pour le gouvernement ?

Faire revenir les Verts au gouvernement, la question se pose évidemment dans la perspective de 2017, afin d'éviter une candidature écolo. Et puis aussi de marginaliser Cécile Duflot qui flirte en ce moment avec Jean-Luc Mélenchon.

Le problème, c'est que faire entrer des frondeurs ou des amis de Martine Aubry, c'est s'exposer à des revendications. François Lamy, l'ancien ministre de la Ville, proche de la maire de Lille, n'est pas opposé à revenir au gouvernement, mais ce sera "à condition" que la politique de François Hollande s'oriente vers plus d'investissement. Et avec les Verts, ce sera pareil, il faudra jurer la main sur le cœur que la centrale de Fessenheim va fermer demain.

Est-ce le bon moment pour remanier ?

Vous savez, ça va faire un an qu'il n'y a pas eu de gros couac au gouvernement. Un an que l'équipe de Manuel Valls applique et assume la politique sociale-libérale édictée par François Hollande. Il y a une forme de cohérence.

Alors le président de la République a sans doute la volonté de rassembler la gauche. Mais est-ce le bon moment ? Il reste encore un an et demi avant de se lancer dans la campagne présidentielle et deux élections intermédiaires se jouent cette année, les départementales et les régionales. Encore une fois, faut-il remanier dès le mois de mars, ou attendre un peu avant de recomposer un gouvernement de gauche plurielle ?

Vous savez, dans un tableau impressionniste, il faut faire attention à ce que le vert et le rose foncé ne viennent pas effacer le rose pâle.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Alba Ventura Politique Gouvernement
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants