1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Alain Juppé sur RTL : "Macron se consacrait plus à sa petite start-up politique qu'à l'industrie française"
1 min de lecture

Alain Juppé sur RTL : "Macron se consacrait plus à sa petite start-up politique qu'à l'industrie française"

INVITÉ RTL - Alain Juppé plaide pour une action de l'État pour sauver Alstom sans passer par une nationalisation, et égratigne au passage l'ancien ministre de l'Économie

Alain Juppé sur RTL mardi 13 septembre 2016
Alain Juppé sur RTL mardi 13 septembre 2016
Crédit : Frédéric Bukaljo / Sipa pour RTL
Alstom : "Que faisait le ministre de l'Économie pendant tout ce temps ?", interroge Alain Juppé
00:54
Alain Juppé : "Je veux que la France retrouve confiance en elle-même"
10:56
Alain Juppé : "Si j'avais des doutes sur ma santé, je m'arrêterais"
00:20
Alain Juppé : "Je devais être balayé dans les sondages, je suis toujours là"
00:25
"Je ne veux pas de Guantanamo à la française", promet Alain Juppé
00:35
"Je me méfie des prophètes de malheur", déclare Alain Juppé
00:59
Alain Juppé : "Je veux dire aux Français qu'on peut s'en sortir"
00:21
Alain Juppé sur RTL : "Je devais être balayé dans les sondages, je suis toujours là"
11:21
Clarisse Martin
Clarisse Martin

Alain Juppé plaide pour que l'État français prenne sa part de responsabilité dans le naufrage de l'entreprise Alstom. Le groupe a annoncé lundi 12 septembre l'arrêt d'ici 2018 de la production de locomotives sur le site de Belfort et la suppression de 400 postes sur 500. Après ça, le secrétaire d'État en charge des Transports Alain Vidalies a été affirmatif : Alstom ne fermera pas malgré l'annonce. Pour le maire de Bordeaux, le gouvernement "a l'air de découvrir le problème", alors qu'il est "actionnaire à 20%, donc il a au moins accès à l'information".

Mais si Alain Juppé plaide pour une action étatique et pense que le gouvernement aurait pu "orienter les choses", sans "imposer l'achat de n'importe quoi" à la SNCF, il ne souhaite pas de nationalisation, contrairement à Jean-Pierre Chevènement. "On ne va pas 'démondialiser' l'économie mondiale comme certains le proposent, explique-t-il. Je pense que c'est l'entreprise et l'économie de marché qui peuvent demain nous permettre de renouer avec la croissance".

"Il y a des entreprises où, grâce au dialogue social, on arrive à sauver les choses", assure le maire de Bordeaux, donnant Michelin en exemple, sans oublier d'égratigner Emmanuel Macron. "Je voudrais quand même poser une question : que faisait le ministre de l'Économie pendant tout ce temps-là ? Il vient de quitter son poste, il est probable qu'il consacrait plus de temps à sa petite start-up politique qu'à l'industrie française", ironise-t-il.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/