1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Alain Juppé sur RTL : "Je n'accepterais pas qu'on m'impose un centre de migrants sans me consulter"
1 min de lecture

Alain Juppé sur RTL : "Je n'accepterais pas qu'on m'impose un centre de migrants sans me consulter"

INVITÉ RTL - Le maire de Bordeaux plaide pour une reprise en main des flux migratoires en France et la fermeture de la "jungle" de Calais.

Primaire à droite : Alain Juppé sur RTL mardi 13 septembre 2016
Primaire à droite : Alain Juppé sur RTL mardi 13 septembre 2016
Crédit : Frédéric Bukaljo / Sipa pour RTL
"Attention, voter Front national, c'est le démantèlement de la politique agricole commune et de l'Europe ce qui serait dramatique pour nos paysans", prévient Alain Juppé
00:34
Alain Juppé répond aux auditeurs de RTL
13:18
Alain Juppé : "Je n'accepterais pas qu'on m'impose un centre de migrants sans me consulter"
00:52
Alain Juppé veut "supprimer l'ISF, une mesure impopulaire mais nécessaire"
00:24
Alain Juppé répond aux questions des auditeurs de RTL
13:49
Yves Calvi & Clarisse Martin

"La situation à Calais est intenable", dénonce Alain Juppé, qui est en désaccord avec le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve sur la question d'imposer des centres d'accueil des migrants aux maires pour démanteler la "jungle" de Calais. "Je n'accepterais pas qu'on m'impose un centre de migrants sans me consulter", à Bordeaux, soutient-il, assurant que ne pas consulter les maires serait une erreur pas "acceptable". Et d'ajouter : "Il faut tenir compte de l'avis des maires". 

"Il faut fermer ce site" de Calais mais il faut "ensuite distinguer ceux qui sont à Calais. Certains n'ont pas vocation à rester sur le territoire national", explique Alain Juppé, faisant la distinction entre les personnes en situation illégale, qui n'ont "pas vocation à rester", et les demandeurs d'asile, qui doivent, selon lui, "être répartis sur le territoire national".

Le maire de Bordeaux a également plaidé pour une reprise en main des flux migratoires, avec un nouvel accord Schengen et une agence qui contrôle véritablement les frontières, "ce qui n'est pas le cas aujourd'hui", regrette l'ancien premier ministre. 

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/