1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Que retenir de l'interview d'Alain Juppé sur France 2 ?
2 min de lecture

Que retenir de l'interview d'Alain Juppé sur France 2 ?

Sur France 2, Alain Juppé s'est montré très offensif envers le programme de son concurrent François Fillon donné favori.

Alain Juppé sur le plateau de France 2, le 21 novembre
Alain Juppé sur le plateau de France 2, le 21 novembre
Aymeric Parthonnaud
Aymeric Parthonnaud

Alain Juppé était sur le plateau de David Pujadas au JT de France 2, une interview pour asséner quelques coups à son rival François Fillon arrivé en tête au premier tour de la primaire de la droite. "Je veux repartir projet contre projet et j'attends le débat (de jeudi prochain, ndlr) avec impatience. Il peut y avoir une nouvelle surprise, a prévenu le maire de Bordeaux. 

Premier angle d'attaque : réunifier dans l'esprit de l'électorat le gouvernent Sarkozy-Fillon pour tenter de ranimer un peu d'anti-sarkozysme et rendre à François Fillon son bilan de locataire de Matignon pendant 5 ans. "On voit la reconstitution de l'équipe Sarkozy-Fillon, a lancé Alain Juppé. On est comptable, quand on est Premier ministre, de ce qui a été fait. Moi je n'ai été que 18 mois ministre (de Nicolas Sarkozy) et je ne me suis pas désolidarisé de ce qui a été fait".

Deuxième angle d'attaque : la politique sociale et économique de François Fillon. "Son programme est d'une très grand brutalité sociale, supprimer 500.000 emplois de fonctionnaires, les 39h dans la fonction publique dès 2017, augmenter la TVA de 16 milliards d'euros... Ce sont des mesures d'une grande brutalité et certaines sont inapplicables". Et Alain Juppé d’insister : "On ne peut pas vivre sans recrutement de policiers et d'infirmières pendant 5 ans. La rupture ce n'est pas casser la baraque."

"Plus pape François que la Manif pour Tous"

Troisième angle pour Alain Juppé : pointer les positions "traditionalistes" de François Fillon sur les questions "sociétales" et familiales. Une façon de jouer la carte du moderne contre le conservateur tout en essayant de ne pas froisser l'électorat catholique. "L'intérêt du débat est de mieux faire connaître les projets. François Fillon appartient à une famille traditionaliste, moi je suis plus ouvert au modernisme et je me sens plus proche du pape François que de Sens commun ou la Manif pour tous". Alain Juppé s'est aussi efforcé de présenter ses axes de programme et de campagne : égalité homme-femme, écologie, numérique. Des thématiques qui sont plus à même de séduire les soutiens de NKM, les centristes voire les électeurs de gauche. "Moi je suis très attaché à l'égalité entre les hommes et les femmes. La France a des besoins de réformes profondes : éducation, santé, égalité homme-femme, nouvelle croissance contre le réchauffement climatique et numérisation.

"Je vais mettre toute la gomme"

À lire aussi

Enfin, Alain Juppé ne pouvait s'empêcher de jouer la carte de la jeunesse. Après les nombreuses références aux "Jeunes avec Juppé" présents lors de ses meetings, à Pokémon Go durant l'été ou encore des déclarations comme "J'ai la super pêche" devenue célèbre sur les réseaux sociaux cette dernière semaine, le maire de Bordeaux a continué sur sa lancée en terminant l'interview par un "Je vais mettre toute la gomme. Les jeunes me dopent".

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/