1 min de lecture Primaire Les Républicains

Primaire de la droite : Juppé offensif à l'égard de Sarkozy et Fillon

REPLAY - INVITÉ RTL - Le favori des sondages voit son avance doucement s'effriter à six jours du premier tour de la primaire.

L'invite´ de RTL - Alba Ventura L'invité de RTL Alba Ventura iTunes RSS
>
Primaire de la droite : Juppé offensif à l'égard de Sarkozy et Fillon Crédit Média : RTL.fr | Date :
La page de l'émission
245_MARTICHOUX
Elizabeth Martichoux et Ludovic Galtier

Il n'a jamais quitté la tête des sondages. Mais à six jours du premier tour de la primaire de la droite, l'avance d'Alain Juppé sur ses adversaires se réduit. Accusé de mollesse par François Fillon, qui remonte en flèche à l'heure du sprint final, le maire de Bordeaux, avec la volonté de se placer au-dessus de la mêlée, a refusé de "s'engager dans la polémique", au micro de RTL. Avant tout de même de s'en prendre au bilan de la droite entre 2007 et 2012 : "On n'a parfois pas été assez courageux pour faire quelques réformes, celles des 35 heures par exemple, ou quelques autres (...) On a fait aussi des erreurs, on a supprimé 10.000 postes de policiers", regrette-t-il.

Sur TF1 dimanche 13 novembre, Nicolas Sarkozy a expliqué que la priorité n'était pas là pendant son mandat. "Je dirai simplement que je n'ai pas de leçon de courage à recevoir. Je pose un programme cohérent et réaliste", assure le maire de Bordeaux. Contrairement à François Fillon ? "Pour la fonction publique, (il propose) la suppression de 600.000 postes de fonctionnaires en cinq ans. Ça n'est tout juste pas possible. Il y aura 570.000 départs à la retraite pendant cinq ans. Ça veut dire que sur cinq ans, on ne recrute absolument personne dans la fonction publique (...) Il ne suffit pas de bomber le torse pour être réaliste et tenir ses engagements."

François Fillon répond à Alain Juppé qu'il enterrerait les 35 heures au profit des 39 heures pour compenser les départs à la retraite. Le favori des sondages persiste et signe : "Ce n'est pas la réponse à la question. On a besoin de gens et de femmes nouvelles dans la fonction publique. Et puis les 35 heures et les 39 heures, ce sera progressif. C'est aussi inscrit à mon programme. Ça coûtera cher à la fonction publique parce qu'il faudra payer les fonctionnaires 39 heures."

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Primaire Les Républicains Alain Juppé Nicolas Sarkozy
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants