2 min de lecture Alain Juppé

Alain Juppé : "C'est dommage de se priver des talents de Nathalie Kosciusko-Morizet"

REPLAY - REPLAY / INVITÉ RTL - Au lendemain du bureau national des Républicains, l'ancien premier ministre dresse un état des lieux de l'ancien parti majoritaire.

Alba Ventura L'invité de RTL Alba Ventura iTunes RSS
>
Alain Juppé : "C'est dommage de se priver des talents de Nathalie Kosciusko-Morizet" Crédit Image : Frederic Bukajlo / RTL.fr | Crédit Média : RTL.fr | Date :
La page de l'émission
Mazerolle-795x530
Olivier Mazerolle et Claire Gaveau

Au lendemain des élections régionales, les partis politiques repartent au combat afin de tirer les conséquences de ce dernier scrutin avant l'élection présidentielle de 2017. Autant dire que chez Les Républicains, les questions sont nombreuses malgré sept régions remportées en France métropolitaine. Derrière Nicolas Sarkozy, les positions divergent alors qu'Alain Juppé parle d'une "confusion politique totale" sur le plan national. "Maintenant, il faut réfléchir. Le Front national n'a aucune région mais il a sept millions d'électeurs. Personne n'est en situation de faire cocorico aujourd'hui", selon lui.

NKM vers la sortie ?

Invité de RTL, l'ancien premier ministre veut "reconquérir la confiance des Français en répondant à leurs questions, à leurs attentes". Et ce, avec toutes les voix dominantes de l'ancien parti majoritaire alors que Nicolas Sarkozy a annoncé une refonte de l'organigramme en janvier prochain. La cible de cette réforme interne ? Nathalie Kosciusko-Morizet. S'il était opposé à la prise de position de la députée de l'Essonne sur le "ni-ni", Alain Juppé trouve "dommage de se priver de ses talents" alors que NKM occupe aujourd'hui le poste de numéro 2 au sein du parti. 

Malgré les divergences, le maire de Bordeaux reste investi à 100% dans sa famille politique. "Je me sens bien dans ma famille, je partage l'essentiel des convictions même s'il y a évidemment des sensibilités différentes et c'est normal dans une grande famille politique", glisse-t-il. 

Une primaire impossible en juin

Toutes les voix, toutes les positions sont donc importantes pour avoir un débat constructif. Le meilleur moyen selon lui d'émettre un programme qui répondra aux attentes de la majorité des Français. "Un programme n'est pas simplement l'émanation de 150.000 militants. Il faut qu'une grande partie de la droite et du centre puissent s'exprimer. La ligne politique doit être proposée au plus grand nombre d'électeurs", avance-t-il. 

À lire aussi
L'écologiste Pierre Hurmic a été élu maire de Bordeaux le 28 juin 2020 Bordeaux
Les infos de 7h30 - Municipales à Bordeaux : qui est Pierre Hurmic, le nouveau maire écolo ?

Une priorité qui va de paire avec la volonté d'une primaire "ouverte, transparente et impartiale" qui empêche la tenue d'une élection interne dès le mois de juin comme le réclament certains chefs de file des Républicains. "Il est impossible de répondre à ces conditions dès le mois de juin", affirme Alain Juppé qui réclame une primaire "incontestable" afin d'effacer définitivement les spectres de 2012 où Jean-François Copé et François Fillon s'étaient disputé la présidence du parti, alors l'UMP. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Alain Juppé Les Républicains Primaire Les Républicains
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants