3 min de lecture Air France

Air France : "Deux violences s'opposent", constate Alba Ventura

REPLAY - ÉDITO - Et si la violence sociale pouvait justifier les violences physiques ? La journaliste se penche sur la question, à l'aune des récents événements à Air France.

L'Edito Politique - Olivier Bost L'Edito politique Olivier Bost iTunes RSS
>
Air France : "Deux violences s'opposent", constate Alba Ventura Crédit Image : RTL | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
L'invite´ de RTL - Alba Ventura
Alba Ventura et Loïc Farge

Après l'interpellation de quatre salariés d'Air France, lundi 12 octobre à l'aube, Jean-Luc Mélenchon et Cécile Duflot sont montés au créneau. À la gauche de la gauche, on estime que ces salariés ont été traités comme des criminels. Les personnes arrêtées l'ont été "sans incident", la police a agi de manière à éviter des troubles à l'ordre public. Mais aller trouver chez eux des salariés "délinquants", à 6 heures du matin et réveiller toute la famille, ça laisse quand même un peu perplexe. Bien sûr, il aurait été normal qu'ils se dénoncent et qu'ils se présentent eux-mêmes au commissariat. Bien sûr, ce qu'ils ont fait est inadmissible. Et bien sûr qu'ils méritent des sanctions sévères.

Mais même si Jean-Luc Mélenchon est toujours très excessif (il a quand même écrit sur son tweet : "jour de deuil"), il n'a pas tort de souligner que ça donne l'impression que l'on a arrêté l'ennemi public numéro un.

Violence contre violence

Le cofondateur du Parti de Gauche dénonce la "violence sociale" bien plus dure, selon lui, que la violence dont les salariés ont fait preuve il y a une semaine au siège d'Air France. Il y a deux violences qui s'opposent. Le jour où les deux dirigeants de de la compagnie aérienne ont été molestés, leurs chemises arrachées, on entendait un auditeur de RTL (c'était un professeur) qui expliquait qu'il n'était pas possible d'user de violence envers ses patrons, que ces images lui avaient fait honte. Mais il s'interrogeait en même temps sur cette violence sociale silencieuse dont les médias ne parlaient pas à ce moment-là.

Un plan social c'est douloureux. Quand on voit arriver la perspective de 2.900 licenciements, ne pas savoir sur qui ça va tomber, il y a une forme de brutalité là aussi.

Manuel Valls mal à l'aise

À lire aussi
Un avion de la compagnie Aigle Azur (illustration) transports
Aigle Azur : les compagnies aériennes françaises en pleines turbulences

C'est vrai que l'on ne peut pas excuser des actes délictueux, mais ça peut s'expliquer. Le week-end dernier dans le journal Sud Ouest, un sondage Ifop donnait 54% de Français qui disaient comprendre sans approuver ces actions. C'est une situation d'autant plus difficile pour un gouvernement de gauche, qui plus est actionnaire de l'entreprise. D'ailleurs on voit bien que Manuel Valls n'est pas à l'aise sur ses deux jambes. Il essaie d'imposer de la fermeté des deux côtés : fermeté avec les salariés violents et fermeté avec les pilotes.

On voit bien que le gouvernement tente d'imposer un plan C avec le moins possible de casse sociale. Parce que cet épisode Air France, quel que soit le bout par lequel on le prend, laisse des traces. On est à deux mois des régionales. Un plan social avant des élections, c'est toujours calamiteux. Quand on voit que le PS essaie de faire un référendum sur l'unité avec les communistes, les Verts et les amis de Mélenchon, on se dit que ce n'est pas gagné.

Les carnets du jour

Encore la violence, des mots cette fois, avec les confidences de Manuel Valls. Le Premier ministre n'a pas du tout apprécié les propos de Nicolas Sarkozy en meeting disant "Hollande c'est fini !". Pour le chef du gouvernement, "c'est de la violence verbale". "Vous ne pouvez pas dans le même discours applaudir François Hollande pour sa riposte à Marine Le Pen au Parlement de Strasbourg, et tenir de tel propos qui abaissent le débat", dit-il.

C'est vrai que c'est toujours plus facile d'attaquer François Hollande que le président de la République. Nicolas Sarkozy en sait quelque chose...

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Air France Violence Polémique
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants