1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Air Cocaïne : Sarkozy "veut comprendre pourquoi le contribuable doit payer pour le surveiller"
1 min de lecture

Air Cocaïne : Sarkozy "veut comprendre pourquoi le contribuable doit payer pour le surveiller"

REPLAY - REPLAY / INVITÉ RTL - Les téléphones de l'ancien président de la République ont été géolocalisés en 2013 dans le cadre de l'enquête sur l'affaire Air cocaïne.

Nicolas Sarkozy, invité de RTL, le 24 mars 2015
Nicolas Sarkozy, invité de RTL, le 24 mars 2015
Crédit : Frédéric Bukajlo / Abaca Press/ RTL.fr
Air Cocaïne : Sarkozy "veut comprendre pourquoi le contribuable doit payer pour le surveiller"
19:42
Sarkozy sur l'exclusion de Nadine Morano : "Si c'était à refaire, je le referais"
03:47
Nicolas Sarkozy : "Si on doit faire de la politique pour être aimé, il vaut mieux changer de métier"
02:03
Nicolas Sarkozy : "Le lieu adéquat pour la négociation est l'entreprise"
03:06
Nicolas Sarkozy : "Nous avons besoin de 20.000 places de prison supplémentaires"
00:57
Nicolas Sarkozy "n'a pas l'intention d'interroger Manuel Valls pour savoir ce qu'il doit dire ou pas"
02:19
Nicolas Sarkozy sur RTL : des tacles adressés à François Hollande, Manuel Valls et Marine Le Pen
02:09
Nicolas Sarkozy répond aux auditeurs de RTL
20:01
L'invité de RTL du 04 novembre 2015
20:11
Nicolas Sarkozy répond aux questions d'Olivier Mazerolle
20:23
Air Cocaïne : Sarkozy "veut comprendre pourquoi le contribuable doit payer pour le surveiller"
01:58
Gregory Fortune
Gregory Fortune

L'affaire Air Cocaïne a pris une tournure politique depuis la révélation d'une demande de géolocalisation de Nicolas Sarkozy. "Quand j’ai découvert (...) que j’avais été géolocalisé, c'est-à-dire que, par satellite, on regardait où je m'étais trouvé - pourquoi se donner tant de mal ? Je suis pisté toute la journée par des journalistes, on peut me pister assez facilement -, que mes téléphones avaient été écoutés, que mes factures avaient été étudiées, qu'on a comparé les téléphones que j’appelais avec les téléphones appelés par des trafiquants de drogue".

"Je me souviens du même Manuel Valls disant d'ailleurs avec raison, s'agissant des gens sur la fiche S, suspectés de terrorisme : 'On n'a pas assez de moyens, on en peut pas surveiller tout le monde'. Peut-être qu'on pourrait ré-allouer une partie des policiers et des moyens considérables mis sur moi sur les terroristes ou des gens qui mettent en cause la sécurité des Français".

Des questions seront posées. Nous verrons la suite à donner, en fonction des réponses qui seront apportées

Nicolas sarkozy

"Je ne met en cause personne, a assuré l'ancien président de la République. Je veux simplement savoir  : est-ce que les procédures ont été respectées ? Et je veux comprendre pourquoi le contribuable doit payer de telles sommes uniquement pour me surveiller parce que je représenterais un danger pour la République. Si ça c’était passé dans une autre démocratie : le scandale que le chef de l'opposition soit géolocalisé (...), qu'il y ait un rapport de toute ça qui atterrisse naturellement sur le bureau du Garde des Sceaux (...) Des questions seront posées. Nous verrons la suite à donner, en fonction des réponses qui seront apportées".

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/