1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Air cocaïne : "Le Quai d'Orsay doit réagir vigoureusement", selon le sénateur UDI Olivier Cadic
1 min de lecture

Air cocaïne : "Le Quai d'Orsay doit réagir vigoureusement", selon le sénateur UDI Olivier Cadic

REPLAY / RÉACTION - En 2013. la police a intercepté 26 valises contenant 680 kilos de cocaïne, en République dominicaine. Quatre Français ont été condamnés à 20 ans de prison pour trafic de drogue.

Air cocaïne : Olivier Cadic dénonce la politique de la "carpette" et demande au Quai d'Orsay de réagir
Air cocaïne : Olivier Cadic dénonce la politique de la "carpette" et demande au Quai d'Orsay de réagir
Crédit : ERIKA SANTELICES / AFP
Air cocaïne : "Le Quai d'Orsay doit réagir vigoureusement", selon le sénateur UDI Olivier Cadic
02:04
micro générique
La rédaction de RTL
Animateur

Quatre Français ont été condamnés à 20 ans de prison en République dominicaine pour trafic de drogue. L'affaire Air cocaïne remonte à la nuit du 19 au 20 mars 2013 où la police a intercepté sur le tarmac de l'aéroport de Punta Cana, un Falcon 50 qui transportait 26 valises contenant 680 kilos de cocaïne.

Les pilotes Pascal Fauret et Bruno Odos, le passager Nicolas Pisapia et l'apporteur d'affaires Alain Castany ont été reconnus "coupables du crime d'association en vue de (...) posséder des drogues illicites", a lu la secrétaire du tribunal à l'issue des délibérations qui ont duré 10 heures. Leurs proches sont abattus et consternés par ce verdict. Pour Sabrina, l'épouse de Pacal Fauret, ces Français sont victimes d'un "acharnement".

Cette affaire est un délire absolu

Olivier Cadic, sénateur UDI

Le sénateur UDI Olivier Cadic qui représente les Français de l'étranger dénonce un "procès à charge contre des Français. Le Quai d'Orsay doit réagir vigoureusement. C'était de la responsabilité des autorités dominicaines de contrôler les bagages qui sont dans l'avion. C'est un délire absolu".

Il ajoute que "le Quai d'Orsay doit entrer en contact avec les autorités dominicaines parce qu'il faut faire respecter les conventions internationales". Olivier Cadic fustige "la politique de la carpette" qui consiste à "respecter la justice locale". "On ne dit rien, on leur fait confiance et on voit le résultat : on a un drame", conclut-il.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/